Archives mensuelles : juin 2009

Vendredi 3 juillet, tous à l’Indien

Vendredi 3 juillet prochain, tous les lecteurs d’Openlasource sont invités à rejoindre la brasserie de l’Indien (4, rue d’Issoudun à La Source, à 30 m de la place de l’Indien) à partir de 20h00, pour participer à la République des Blogs de l’orléanais.

quanahparkerhorseback106

Ce sera aussi l’occasion de fêter dignement le premier anniversaire d’Openlasource et dans le même élan, de la remise des (bientôt)  célébrissimes… GPV d’or.

GPV d'or

GPV comme :

  • Grands, Gros, Gris, Gras, Grommelant, Grominet, Grisonnant, …
  • Pingouins ou Pingouines …
  • Véloces, Vaporeux, Vitupérant, Velléitaires, Valseurs, Voraces, Vélocipédiques, Vindicatifs, Vifs, Volages, Virtuels, Vengeurs, …

mais toujours d’Or.

P1020248Les nominés sont évidemment nombreux.

Les plus fidèles commentateurs d’Openlasource figurent au palmarès, ainsi que de nombreux blogueurs ligériens, mais aussi des personnalités de tous bords cordialement invités.

C’est en effet dans un esprit festif et amical que nous souhaitons retrouver toutes les personnalités locales qui "fréquentent" volontairement ou non, les pages d’Openlasource.

Et puisqu’il s’agira de la remise des GPV d’or, A. Carré, maître de l’autre GPV de La Source est cordialement invité à venir échanger avec ces blogueurs si souvent (et si injustement) vilipendés dans les enceintes politiques locales.

Cette amicale invitation vaut aussi pour tous les élus municipaux et généraux de notre quartier et canton à la fois.

Comme plusieurs média nous ont déjà fait l’honneur de confirmer leur participation, nous ne doutons pas de celle des nos "politiques" locaux et nationaux.

P1020246

Alors sans hésiter, vendredi soir prochain, c’est à l’Indien que ça se passera.

12 Commentaires

Classé dans blogosphère, Blogs, Humour, La Source, Orléans, Pingouins, politique

Le trou de l’Agglo, ou le retour de Roswell, ou quand on vous dit que la voirie est en mauvais état à La Source …

Les riverains de la rue Pablo Picasso sont inquiets.

Depuis un mois, maintenant, en effet plusieurs phénomènes para-normaux se seraient déroulés pratiquement sous leurs yeux.

100_5310

1er phénomène : l’apparition soudaine d’un trou au milieu de la chaussée, trou profond et dangereux pour la circulation , voire pour les enfants ou les animaux domestiques, qui pourraient être aspirés par cette béance en formation … dont l’origine quasi-métaphysique ne laisse pas d’inquièter.

Plusieurs hypothèses ont été avancées :

  • une fourberie néo-zélandaise, après la victoire du quinze tricolore à l’occasion du premier test match. Il leur suffit de creuser par en dessous pour faire s’effondrer notre douce terre …
  • un débouchage un peu violent d’une canalisation, préalablement bouchée, par des services municipaux costauds… qui aurait aspiré la chaussée en même temps que … le reste
  • une nouvelle trace aliène de type roswellien, après celle laissée du côté du centre 2002 (voir l’article d’Openlasource de la semaine dernière)

Cette dernière hypothèse a été renforcée après la mystérieuse disparition des barrières de protection judicieusement posée par les services municipaux ou de l’Agglo (on a du mal à s’y retrouver dans cet imbroglio de responsabilités … d’ailleurs assumées par les mêmes responsables politiques au niveau de la ville et de l’Agglo).

100_5308

2ème phénomène : la disparition (des barrières, pas des voyelles)

Les barrières de protection ont subitement disparues, un beau matin de ce début d’été enchanteur …

Immédiatement sur les lieux, les "municipaux" (nos gi’s à nous qu’on a à Orléans) se sont empressés de … ne rien faire.

L’extra-terrestre étant généralement en dehors de leur circonscription, ils n’ont pu que montrer leur désarroi devant cette double absence : les barrières évaporées et le trou bréant, comme une intersession avec un monde différent, pas pareil et évidemment certainement hostile (surtout si les néo-zélandais attendent de l’autre côté !).

3ème phénomène : la retrouvaille des barrières

C’était sans compter sur les habitants (qui habitent comme le dit la propagande municipale pour les Cma et autres joyeusetés locales) qui sont aussi des citoyens (qui ne se résignent pas).

Bravant l’inconnu et l’hostilité d’un monde étrange, quelques autochtones se sont donc mis en quête des fameuses et fâcheuses (de par leur absence ) barrières.

Et le pire, c’est qu’ils les ont retrouvées, sans doute traînées par quelques bras extra-terrestres (ou néo-zélandais) hostiles, dans une venelle à quelques dizaines de mètres.

C’est vrai qu’une enquête de police (fusse-t-elle municipale) aurait été disproportionnée pour un tel résultat.

Conséquence : le trou est à nouveau protégé des intrus et des imprudents.

L’agglo, vient de retrouver 4 barrières, et les usagers une protection bien utile.

100_5309

Moralité : un mois de trou, sans que l’Agglo accepte de négocier. Cela rappelle le conflit des éboueurs … En attendant, les riverains (qui payent aussi leurs impôts, enfin sans doute) évitent de sombrer dans l’angoisse du précipice en formation.

6 Commentaires

Classé dans La Source

Rencontre avec des Sourciens voyageurs

ADAGV 003Vendredi dernier, l’association départementale Action pour les Gens du Voyage organisait son pique nique annuel.

Comme tous les ans, ce fût l’occasion d’échanges fructueux avec ces sourciens que nous connaissons trop peu et que nous rencontrons de moins en moins souvent depuis la disparition de la supérette de La Bolière, lieu qu’ils fréquentaient avec assiduité et dont ils regrettent, comme nous tous, la fermeture.

Au fait, la mairie si prompte à acquérir avec les deniers publics des appartements rue des Carmes pour mener à bien sa déconstructuration / alignement pour le passage simultané du tramway et le plus grand nombre possible d’autos (développement durable quand tu nous tiens …), ne pourrait-elle pas consacrer quelques sous (toujours les notres de toute manière) à racheter le fond au propriètaire afin d’y faciliter l’installation d’un commerce de proximité attendu par tous les habitants (de droite comme de gauche) du quartier ?

Mais trêve de politique, revenons à la fête de nos amis du voyage, illustrée par quelques sympathiques photos communiquées par un ami d’Openlasource

ADAGV 2009 006 

ADAGV Juin 2009 001

Merci à Papy Barbu pour son reportage.

Poster un commentaire

Classé dans environnement, La Source

Vous avez dit mur végétal ?

Nous disposons à La Source, du second plus grand équipement sportif d’Orléans. Profitons en avant la mise en oeuvre de l’Arena pieds dans l’eau et vue sur Loire, qui nous relèguera probablement au troisième rang, voire au delà !

Alors nous y sommes attentifs à notre grand équipement à nous qu’on a.

Construction contemporaine tout de plastique et de béton, elle est promise à la végétalisation, fable moderne de l’écologie saisonnière.

Alors régulièrement, les reporters d’Openlasource vont se pencher sur la croissance des tiges et l’épanouissement des feuilles qui doivent revêtir de leur vert manteau le vilain béton décoffré et palot.

Pour dire la vérité, les façades sont inégales devant la croissance herbeuse.

Si l’une d’entre elle se couvre progressivement (enfin durant cette belle saison, puisque le principe des lierres grimpants est qu’ils perdent leurs feuilles à l’automne), une deuxième essaie … et la troisième façade ?

On dirait presque qu’elle y parvient.

On dirait seulement.100_5302

Mais ce n’est qu’une illusion d’optique.100_5300

C’est fou ce qu’on peut faire avec de mauvaises herbes fleuries sur un talus mal entretenu …

Un commentaire

Classé dans La Source

Qui diffame qui ?

articlelarepnauseabond

Openlasource a bénéficié d’une publicité inattendue lors du dernier conseil municipal d’Orléans, comme l’a rapporté, non sans malice, la République du Centre de samedi 20 juin dernier.

Grâce à cela, le lectorat moyen d’Openlasource a pratiquement été multiplié par deux !

Mais en y ragardant de plus près, cette publicité est-elle bien méritée ?

***

Tout d’abord, un petit rappel de la définition de nauséabond : "écoeurant, qui provoque des nausées".

"Nausée : symptôme particulièrement fréquent précédant souvent le vomissement. La nausée correspond à l’envie de vomir s’accompagnant généralement d’une sécrétion de salive en quantité anormalement importante et de contractions des muscles de l’abdomen et du pharynx, plus ou moins violentes selon les individus et la cause."

Synonymes de nauséabond : "dégoutant, fétides, ignobles, immonde, infect, rebutant, répugnant, …"

***

Comme tout ceci est déplaisant, n’est-ce pas ?

D’autant plus que notre "pourfendeur" n’a manifestement pas lu avec l’attention nécessaire l’article qu’il incrimine. S’il s’en était donné la peine il aurait sans doute quelques difficultés à y déceler les propos "nauséabonds" qu’il met en cause.

Mais peut-être pourra-t-il nous en dire davantage sur ce qui lui suscite de tels symptômes ?

Certainement pas l’article que nous avions fait paraître sur la subvention de 30.000 € accordée à l’association organisatrice de l’opération vélotour Orléans. Aucune imputation diffamatoire ne figurait dans cet article, comme l’a expertisé notre conseil juridique. Nous l’avions néanmoins ôté de notre site, dans la journée même de sa publication, dans le seul souci d’apaiser le débat qui dérivait sur l’organisation de la manifestation, quand notre propos visait essentiellement à dénoncer son financement exorbitant et son "modèle économique" surprenant.

Alors l’un des deux commentaires, "postés" suite à la publication de l’article ? Dans le même souci de prudence, ce commentaire a été suspendu dès qu’un animateur (modérateur) du site en a pris connaissance. Que disait-il ? En substance, il s’interrogeait sur le montage financier de l’opération et concluait "Bien sur, tout ceci n’est que pure fiction".

Quoi qu’il en soit, le commentaire en question est demeuré sur notre site moins de quelques heures dans la journée du 28 mai !

Vraiment pas de quoi "casser trois pattes à un canard".

D’ailleurs au sujet des commentaires postés sur les blogs et autres sites d’information en ligne, un petit retour aux textes s’impose et nous invitons notre "accusateur" à se référer à la récente loi Création et Internet promulguée le 13 juin dernier qui dispose que « lorsque l’infraction résulte du contenu d’un message adressé par un internaute à un service de communication au public en ligne et mis par ce service à la disposition du public dans un espace de contributions personnelles identifié comme tel, le directeur ou le codirecteur de publication ne peut pas voir sa responsabilité pénale engagée comme auteur principal s’il est établi qu’il n’avait pas effectivement connaissance du message avant sa mise en ligne ou si, dès le moment où il en a eu connaissance, il a agi promptement pour retirer ce message. » En clair, l’éditeur peut choisir s’il veut modérer a priori ou a posteriori les réactions de ses lecteurs.

***

Autre incrimination habituelle : l’anonymat derrière laquelle se retrancherait un "blogueur d’Openlasource" !

La belle affaire.

Si vous souhaitez être davantage édifié sur les notions d’anonymat et de "pseudonymat", merci de vous transporter sur l’article éponyme précédemment publié sur ce même site.

Nous ne sachons pas que grand monde reproche, ou a reproché à ses débuts, à monsieur Jean-Philippe Léo Smet de s’être fait appeler Johnny (Halliday pour les puristes). Et que dire d’Emile Ajar alias Romain Gary, ou vice-versa ?

Non, messieurs les censeurs, la publication sous pseudonyme n’est pas un délit.

Mais peut-être y-a-t-il d’autres motivations dans cette obsession du coming out ?

Comment par exemple, peut-on imaginer qu’un élu de la majorité municipale ignore que deux des principaux animateurs de ce blog sont des membres actifs du PS de la Source, alors que :

  • la mairie d’Orléans est l’un de nos plus fidèle lecteur ? Une telle fidélité suscite d’ailleurs notre reconnaissance, quand on sait le réconfort que représente pour un blogueur l’assiduité de ses lecteurs
  • tout Sourcien un peu au fait de la vie du quartier a depuis longtemps percé le mystère des pingouins de La Source et n’ignore rien de l’identité des principaux d’entre eux, tant il est vrai que lesdits animateurs ne s’en cachent jamais dans leur pérégrinations locales, voire se promènent dans les manifestations sourciennes en arborant un badge décoré de pingouins malicieux

***

… au fait monsieur notre accusateur, connaissez vous l’histoire de l’arroseur arrosé ?

Comme nous ne sommes pas foncièrement vindicatifs, nous, à Openlasource, un petit mot d’explication, un commentaire argumentaire, nous permettrait d’engager un plus fructueux dialogue.

A suivre, n’est-ce pas ?

6 Commentaires

Classé dans La Source

Vu et entendu à la fête de la musique …

Un commentaire

Classé dans La Source

Roswell incident in La Source

Phénomène surnaturel sur un trottoir de La Source ? Interrogé par nos soins, un quidam qui se prétendait représentant de la CIA n’a pas hésité un instant à établir un lien avec la célèbre … "affaire Roswell".

100_5297

Ce cercle bitumineux, photographié dimanche dernier sur le parking du centre commercial 2002, serait-il la marque héritée de la présence d’un vaisseau spatial de passage dans notre attractif quartier (au moins pour les extra-terrestres) ?

L’hypothèse était séduisante.

Elle n’a pas résisté longtemps à l’analyse de nos plus fins limiers

Après vérification, il ne s’agirait que de la cicatrice d’une ancienne "colonne Morris" de l’affichage libre qui pré-existait dans notre quartier.

On ne sait pas ce qu’il faut le plus regretter :

  • la surface perdue de libre affichage pour les associations, partis politiques et autres organisateurs de concerts et manifestations
  • la perte de nos illusions sur Roswell … et quelques autres fausses promesses électorale

On rayonne comme on peut à Orléans !

2 Commentaires

Classé dans La Source

Openlasource est-il(elle) une société anonyme ?

Article paru sur Openlasource en octobre 2008 … et dont l’actualité ne se dément pas.

On va vous expliquer pourquoi dans un très prochain "papier".

Au moment où de nombreuses sociétés anonymes et néanmoins réputées sur les places financières risquent de se retirer discrètement du marché, … la question de l’anonymat des blogueurs fait la une de l’actualité (locale en tout cas).

Mais au fait, quelle est la question ?

Rappel des faits : un célèbre blogueur orléanais, sans doute l’un des tous meilleurs à tous les points de vue, vient d’être condamné (en première instance) par le tribunal de grande instance d’Orléans pour dénigrement et autres moqueries vis-à-vis du très jovial (1) premier magistrat de la ville.

Histoire de bien enfoncer le clou, le malappris en a pris pour quelques milliers d’Euros d’amendes et autres frais de publication de l’infamante condamnation.

En ces périodes de progrès économiques et sociaux, il n’aura sans doute aucun mal à trouver une banque qui lui accordera un généreux crédit pour régler sa dette envers la société. Pendant ce temps, d’autres encaisseront leurs modestes indemnités d’élu non hostile au cumul des mandats.

Mais il faut donc croire qu’entre magistrats (le premier de la ville et celui du tribunal), on ne plaisante pas avec ces choses là… Chez ces gens là, comme aurait dit le grand Jacques, on ne rit pas … on juge.

Mais soyons prudents, ne laissons pas aller notre plume au gré de nos passions, le référé guette.

Notons toutefois que l’un des arguments essentiels de l’accusation a concerné l’odieux anonymat derrière lequel l’infâme moqueur avait eu l’audace de se dissimuler, pour dénigrer en toute tranquillité.

Ce qui est usuel et Oh combien respectable aux yeux de certains pour les sociétés commerciales ou financières, l’anonymat, devient insupportable, lorsqu’il s’agit d’un … blogueur, qui se retrouve classé au rang des "corbeaux" dont raffolent nos profondes campagnes ou autres courageux délateurs prospères pendant de plus sombres périodes de notre histoire. Ce rapprochement est en soit déjà bien infamant.

Mais au fait, les blogueurs sont-ils anonymes ou pseudonymes ?

Sans développer une trop longue théorie sur cette notion, relevons tout de même que l’anonymat consiste à dissimuler son identité pour chercher à demeurer inconnu de tous. Anonyme du grec anônumos, sans nom. Il s’agit d’une dissimulation intégrale. Ne pas être vu, ne pas être connu, ni reconnu, ne pas être identifié.

Le pseudonyme, en revanche, est une façon courante d’exposer ses idées ou ses œuvres, sans se dissimuler de quiconque, mais en empruntant un nom (de scène, de rôle, d’auteur, de plume, …) considéré comme plus approprié à son activité. L’auteur pseudonyme est à ce point reconnu par la loi. Il dispose même de droits spécifiques à la protection de ses créations ou de ses œuvres.

Le pseudonyme est un nom d’emprunt licite, généralement utilisé dans des activités qui font appels à la faveur du public. Il ne s’agit pas d’un faux nom. Il ne se substitue pas à un nom patronymique. Il ne sert à désigner son titulaire que dans le domaine de son activité.

La différence essentielle entre l’auteur anonyme et l’auteur pseudonyme, c’est que dans un cas, il y a volonté de se cacher, dans l’autre, simplement de se protéger ou de se déguiser. Et en matière de déguisement, il y a toujours un moment où le masque tombe. Mêmes Zorro ou Batman savent cela.

La « toile » (Internet) a totalement consacré cette notion qui suggère à nombre de ses utilisateurs d’adopter un pseudonyme pour venir s’y promener. Il ne s’agit pas ici de se cacher pour agir, il s’agit simplement d’une prudence élémentaire qui évite de s’exposer trop directement à l’univers entier.

Ils sont d’ailleurs nombreux les braves et respectables citoyens qui utilisent l’artifice utile d’un pseudonyme dans leur adresse e-mail.

Ils sont nombreux nos enfants à qui l’on conseille d’user d’un « avatar » (une image fictive) pour fréquenter les réseaux « sociaux » comme Facebook, et quelques autres …

Malgré cela, nous le savons tous, il est assez aisé de « remonter » aux sources des pseudonymes. Tout bidouilleur informatique sait trouver sur le « libre » (l’Open Source !) des outils de « trackage », des "aspirateurs à site" et autres utilitaires qui permettent de pister une IP (adresse Internet), d’identifier une adresse courriel, … surtout que la plupart du temps, les internautes sont assez peu discrets en fait.

Et Openlasource

dans tout cela ?

Pour dire vrai, ses principaux animateurs ne dérogent pas à la règle (de la piètre discrétion).

Rappelons tout d’abord que ce blog citoyen et consacré essentiellement au quartier de La Source bénéficie depuis son lancement en juin dernier, d’une adhésion sympathique d’un nombre important de visiteurs. Les témoignages spontanés de soutien en sont des illustrations régulières et encourageantes. En moyenne, un peu plus de 200 visiteurs le fréquentent chaque jour.

Mieux encore, en l’espace de quelques mois, de nombreux contributeurs ont proposé ou suggéré des articles ou des sujets qui ont été publiés dans ces colonnes. C’est ce qui donne sans doute une certaine originalité à ce site.

Openlasource n’a pas la prétention mégalomaniaque de certains autres sites orléanais et ne prétend pas devenir le plus grand, le plus lu, le plus commenté, le plus consulté, le plus beau, le plus fort, ni le plus jugé d’Orléans et de son agglomération, mais s’il peut être simplement un peu utile aux habitants de son quartier, il n’aura pas démérité.

"Mais qui se cache derrière Openlasource ?", entend on régulièrement s’exclamer, sous forme interrogative, dans la blogosphère orléanaise … et dans quelques venelles locales ou couloirs de la mairie, dont on sait certains, missionnés à parcourir quotidiennement la toile infernale.

Nous avons décidé d’étancher la soif de savoir et de connaissance de nos anonymes visiteurs (et pour le coup eux, sont véritablement anonymes qui visitent furtivement notre espace pour essayer d’en tirer quelques utiles renseignements pour leur patron préoccupé. Les voilà les rôdeurs, les fureteurs, cachés derrière leur IP "flottante", qui veillent et qui surveillent).

Notons au passage, que pour les vrais Sourciens, un peu intéressés à la vie du quartier, un peu impliqués dans la vie locale, associative, politique, … les visages de Marcel et de Georges, les noms propres "à la ville" des deux principaux animateurs du site, ne sont plus inconnus depuis longtemps.

Et voilà donc, notre petit pingouin prêt au coming out !

(1) Jovial : qui est d’une gaieté simple et communicative ; qui exprime la gaieté. (c) Larousse. Cet adjectif qualificatif nous a été inspiré au visionnage de la vidéo du Conseil municipal du 26 septembre 2008, en ligne sur le site Orléans.fr. Le maire d’Orléans rappelle, manifestement à ses proches amis politiques, qu’il est bien pourvu du sens de l’humour.

10 Commentaires

Classé dans blogosphère, Humour, Justice, La Source, Orléans, Pingouins, politique, Uncategorized

Anonymat, pseudonymat : le débat relancé

Poète… vos papiers !

Léo Ferré

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits " modernes "

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

3 Commentaires

Classé dans La Source

Menace sur La Source : ils arrivent …

Ils étaient cinq le week-end dernier.

On en aurait vu certains d’entre eux se baigner dans les lacs sourciens …

100_5293

Les poissons locaux seraient des plus inquiets, au regard de l’appétit des alcidés en goguette.

C’est en ordre de plus en plus serrés, en tout cas, qu’on les voit désormais déambuler dans les jardins sourciens…

100_5289

… dans la perspective de la République des Blogs du 3 juillet prochain à la brasserie de l’Indien ?

Poster un commentaire

Classé dans La Source