Stagner, régresser ou rayonner : il faut choisir

Les édiles municipaux n’ont de cesse d’évoquer leur ambition de faire « rayonner Orléans ».

Hélas, hélas, hélas, tous ceux d’entre nous dont les déplacements privés ou professionnels amènent fréquemment à parcourir l’hexagone et au delà, savent … qu’il y a du boulot.

L’image d’Orléans est en effet :

  • dans le meilleurs des cas inexistante : « c’est où ? », « c’est quoi les spécialités, à part le vinaigre », qu’est-ce qu’il y a comme événements prestigieux ? »
  • vinaigre-42 ou attachée à de glorieux faits d’armes anciens : « la ville qu’a libéré Jeanne d’Arc, non ? »
  • louvreou plus récents  » l’arrêté anti-mendicité », « la condamnation d’un blogueur potache à la suite d’une action en justice du maire », ou plus récent encore « la grève des éboueurs ».

p1010895

Certes, il y a bien les aficionados du basket qui n’ignorent pas que l’équipe locale de mercenaires des paniers est bien en tête de la pro-A. Mais comme me l’ont fait remarquer quelques supporters (sans doute jaloux) des équipes concurrentes : « calme ta joie, ce genre d’équipe ne reste jamais longtemps en haut du tableau ! Rendez-vous dans une ou deux saisons pour en reparler. »

panier-de-basket-11

Et puis il y a maintenant un autre petit souci : la population d’Orléans est sur le point de régresser. Entre 1999 et 2006, le recensement de l’Insee n’a dénombré que 260 nouveaux orléanais.

Dans le même temps, l’éternelle rivale régionale, Tours, gagnait près de 4.500 habitants !

Au moment où la France s’enorgueillit d’un taux de natalité qui lui assure quasiment un renouvellement naturel des générations, et d’une population de plus de 64 millions d’habitants, Orléans fait tâche dans le paysage !

Certes, la répartition évolue notablement sur le territoire. Les villes centre ont tendance à se dépeupler au détriment des périphéries souvent plus attractives, en terme de prix, particulièrement.

Mais tout de même, la situation d’Orléans apparaît bougrement anachronique.

Nos élus devraient peut-être se poser la question : qu’est-ce qui attire à Tours et motive si peu à Orléans ?

Quelques éléments de réflexion, que nos lecteurs ne manqueront pas de compléter :

  • l’accueil fait aux jeunes et aux étudiants
  • le sort réservé aux amateurs du Web 2 (comme dans la très démocratique et ouverte République populaire de Chine)
  • l’offre de logement social ou en tout cas financièrement accessible pour ceux dont les ressources ne permettent pas de s’intéresser aux prestigieux programmes immobiliers dont la ville est si friande, semble-t-il
  • le grand projet de vider La Source
  • les transports collectifs permettant les déplacements au sein de l’agglomération orléanaise
  • la large diffusion des vélo+, et particulièrement à l’Université
  • l’animation de la ville et de ses quartiers (Bourgogne et le reste des autres)
  • l’embellissement du centre ville, les jolis pavés et les bacs à fleur
  • le dogmatisme et les arrières pensées partisanes qui semblent animer un certain nombre de ceux qui gouvernent la ville

Mais finalement, peut-être que pour certains, rayonner, c’est tout simplement se recroqueviller sur soi, se renfermer entre ses murs, ses grillages, sa résidentialisation, ses propriétés privées, sa sécurisation triomphante.

vieillard-1C’est sans doute une excellente tactique pour conserver son pouvoir.

Mais attention, rester immobile dans un monde qui bouge, risque néanmoins de ne pas être la meilleure stratégie pour l’avenir de la ville. Mais est-ce vraiment la préoccupation de tous ?

8 Commentaires

Classé dans Uncategorized

8 réponses à “Stagner, régresser ou rayonner : il faut choisir

  1. polikarpov

    Il y a peu « La REP » posait la question « Comment rendre attractive la ville d’Orléans » ? Vous y répondez mais Serge et les autres entendront-ils ou liront-ils vos propositions ?
    C’est vrai que Tours semble plus attractif, plus jeune.
    Je pense que c’est à cause de la fac, mais je peux me tromper.
    La fac à Tours est dans la ville et celle d’Orléans est totalement excentrée.
    Mais bien sûr ce n’est pas la seule raison.
    C’est vrai que tabler sur le « tout sécuritaire et mettre des caméras partout » est un handicap pour l’ambiance.

    J'aime

  2. Signe inquiétant du manque de rayonnement de la ville qui contre-balance singulièrement les déclarations de la municipalité : la population d’Orléans a stagné depuis 7 ans.

    La méthode coue ne fait pas tout.

    J'aime

  3. Que cela est bien dit et bien résumé (savamment illustré !).

    Je crois que le souci est que certains de nos élus s’en contrefichent bien qu’Orléans apparaisse plus morose que Tours : la cité johannique reste la capitale régionnale par simple décision administrativo-historique. Qu’importe si tours rayonne plus, les élus orléanais se croient supérieurs…

    J'aime

  4. Franck

    « Le grand projet de vider La Source » n’est ce pas celui que l’on appelle « Le tonneau des Danaïdes Orléanais » ?

    J'aime

  5. Patrick

    Cette perception d’Orléans n’est pas nouvelle et ne date pas de S.Grouard.
    allez voir les 9 pages de témoignages sur la ville :
    http://www.linternaute.com/ville/ville/temoignage/25784/orleans.shtml

    J'aime

  6. Est-ce normal pour autant, Patrick, d’en être là en 2009 ?

    J'aime

  7. Openlasource s’ouvre sur le passé et se ferme sur le futur!

    Voici un complément historique, des extraits du Journal pour rire de Béchet, le 7 août 1852:

    « Telle est l’explication la plus plausible de ses pudiques scrupules. Le mérite incontesté de son vinaigre suffit à son orgueil local. Elle se confit dans sa gloire qui lui paraît plus sure que toutes les autres. L’esprit et les habitudes de la société orléanaise, autrefois janséniste ou moliniste (pour information: Molina, jésuite espagnol du XVI ème siècle, concilier prescience divine et libre arbitre humain), aujourd’hui congrégationniste, néo catholique et toujours chaste et pudique depuis l’empereur Aurélien qui l’a fondée. »

    J'aime

  8. openlasource

    Pour Openlasource, connaître et/ou aimer l’histoire n’est heureusement pas exclusif d’une inscription dans son époque et même au delà, de se projeter dans le futur.
    C’est l’avantage du multi-tâches, multi-fonctions, multi-fenêtrage, … auxquels nos petits pingouins se frottent au quotidien.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s