Archives mensuelles : juin 2009

Openlasource est-il(elle) une société anonyme ?

Article paru sur Openlasource en octobre 2008 … et dont l’actualité ne se dément pas.

On va vous expliquer pourquoi dans un très prochain « papier ».

Au moment où de nombreuses sociétés anonymes et néanmoins réputées sur les places financières risquent de se retirer discrètement du marché, … la question de l’anonymat des blogueurs fait la une de l’actualité (locale en tout cas).

Mais au fait, quelle est la question ?

Rappel des faits : un célèbre blogueur orléanais, sans doute l’un des tous meilleurs à tous les points de vue, vient d’être condamné (en première instance) par le tribunal de grande instance d’Orléans pour dénigrement et autres moqueries vis-à-vis du très jovial (1) premier magistrat de la ville.

Histoire de bien enfoncer le clou, le malappris en a pris pour quelques milliers d’Euros d’amendes et autres frais de publication de l’infamante condamnation.

En ces périodes de progrès économiques et sociaux, il n’aura sans doute aucun mal à trouver une banque qui lui accordera un généreux crédit pour régler sa dette envers la société. Pendant ce temps, d’autres encaisseront leurs modestes indemnités d’élu non hostile au cumul des mandats.

Mais il faut donc croire qu’entre magistrats (le premier de la ville et celui du tribunal), on ne plaisante pas avec ces choses là… Chez ces gens là, comme aurait dit le grand Jacques, on ne rit pas … on juge.

Mais soyons prudents, ne laissons pas aller notre plume au gré de nos passions, le référé guette.

Notons toutefois que l’un des arguments essentiels de l’accusation a concerné l’odieux anonymat derrière lequel l’infâme moqueur avait eu l’audace de se dissimuler, pour dénigrer en toute tranquillité.

Ce qui est usuel et Oh combien respectable aux yeux de certains pour les sociétés commerciales ou financières, l’anonymat, devient insupportable, lorsqu’il s’agit d’un … blogueur, qui se retrouve classé au rang des « corbeaux » dont raffolent nos profondes campagnes ou autres courageux délateurs prospères pendant de plus sombres périodes de notre histoire. Ce rapprochement est en soit déjà bien infamant.

Mais au fait, les blogueurs sont-ils anonymes ou pseudonymes ?

Sans développer une trop longue théorie sur cette notion, relevons tout de même que l’anonymat consiste à dissimuler son identité pour chercher à demeurer inconnu de tous. Anonyme du grec anônumos, sans nom. Il s’agit d’une dissimulation intégrale. Ne pas être vu, ne pas être connu, ni reconnu, ne pas être identifié.

Le pseudonyme, en revanche, est une façon courante d’exposer ses idées ou ses œuvres, sans se dissimuler de quiconque, mais en empruntant un nom (de scène, de rôle, d’auteur, de plume, …) considéré comme plus approprié à son activité. L’auteur pseudonyme est à ce point reconnu par la loi. Il dispose même de droits spécifiques à la protection de ses créations ou de ses œuvres.

Le pseudonyme est un nom d’emprunt licite, généralement utilisé dans des activités qui font appels à la faveur du public. Il ne s’agit pas d’un faux nom. Il ne se substitue pas à un nom patronymique. Il ne sert à désigner son titulaire que dans le domaine de son activité.

La différence essentielle entre l’auteur anonyme et l’auteur pseudonyme, c’est que dans un cas, il y a volonté de se cacher, dans l’autre, simplement de se protéger ou de se déguiser. Et en matière de déguisement, il y a toujours un moment où le masque tombe. Mêmes Zorro ou Batman savent cela.

La « toile » (Internet) a totalement consacré cette notion qui suggère à nombre de ses utilisateurs d’adopter un pseudonyme pour venir s’y promener. Il ne s’agit pas ici de se cacher pour agir, il s’agit simplement d’une prudence élémentaire qui évite de s’exposer trop directement à l’univers entier.

Ils sont d’ailleurs nombreux les braves et respectables citoyens qui utilisent l’artifice utile d’un pseudonyme dans leur adresse e-mail.

Ils sont nombreux nos enfants à qui l’on conseille d’user d’un « avatar » (une image fictive) pour fréquenter les réseaux « sociaux » comme Facebook, et quelques autres …

Malgré cela, nous le savons tous, il est assez aisé de « remonter » aux sources des pseudonymes. Tout bidouilleur informatique sait trouver sur le « libre » (l’Open Source !) des outils de « trackage », des « aspirateurs à site » et autres utilitaires qui permettent de pister une IP (adresse Internet), d’identifier une adresse courriel, … surtout que la plupart du temps, les internautes sont assez peu discrets en fait.

Et Openlasource

dans tout cela ?

Pour dire vrai, ses principaux animateurs ne dérogent pas à la règle (de la piètre discrétion).

Rappelons tout d’abord que ce blog citoyen et consacré essentiellement au quartier de La Source bénéficie depuis son lancement en juin dernier, d’une adhésion sympathique d’un nombre important de visiteurs. Les témoignages spontanés de soutien en sont des illustrations régulières et encourageantes. En moyenne, un peu plus de 200 visiteurs le fréquentent chaque jour.

Mieux encore, en l’espace de quelques mois, de nombreux contributeurs ont proposé ou suggéré des articles ou des sujets qui ont été publiés dans ces colonnes. C’est ce qui donne sans doute une certaine originalité à ce site.

Openlasource n’a pas la prétention mégalomaniaque de certains autres sites orléanais et ne prétend pas devenir le plus grand, le plus lu, le plus commenté, le plus consulté, le plus beau, le plus fort, ni le plus jugé d’Orléans et de son agglomération, mais s’il peut être simplement un peu utile aux habitants de son quartier, il n’aura pas démérité.

« Mais qui se cache derrière Openlasource ? », entend on régulièrement s’exclamer, sous forme interrogative, dans la blogosphère orléanaise … et dans quelques venelles locales ou couloirs de la mairie, dont on sait certains, missionnés à parcourir quotidiennement la toile infernale.

Nous avons décidé d’étancher la soif de savoir et de connaissance de nos anonymes visiteurs (et pour le coup eux, sont véritablement anonymes qui visitent furtivement notre espace pour essayer d’en tirer quelques utiles renseignements pour leur patron préoccupé. Les voilà les rôdeurs, les fureteurs, cachés derrière leur IP « flottante », qui veillent et qui surveillent).

Notons au passage, que pour les vrais Sourciens, un peu intéressés à la vie du quartier, un peu impliqués dans la vie locale, associative, politique, … les visages de Marcel et de Georges, les noms propres « à la ville » des deux principaux animateurs du site, ne sont plus inconnus depuis longtemps.

Et voilà donc, notre petit pingouin prêt au coming out !

(1) Jovial : qui est d’une gaieté simple et communicative ; qui exprime la gaieté. (c) Larousse. Cet adjectif qualificatif nous a été inspiré au visionnage de la vidéo du Conseil municipal du 26 septembre 2008, en ligne sur le site Orléans.fr. Le maire d’Orléans rappelle, manifestement à ses proches amis politiques, qu’il est bien pourvu du sens de l’humour.

10 Commentaires

Classé dans blogosphère, Humour, Justice, La Source, Orléans, Pingouins, politique, Uncategorized

Anonymat, pseudonymat : le débat relancé

Poète… vos papiers !

Léo Ferré

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

3 Commentaires

Classé dans La Source

Menace sur La Source : ils arrivent …

Ils étaient cinq le week-end dernier.

On en aurait vu certains d’entre eux se baigner dans les lacs sourciens …

100_5293

Les poissons locaux seraient des plus inquiets, au regard de l’appétit des alcidés en goguette.

C’est en ordre de plus en plus serrés, en tout cas, qu’on les voit désormais déambuler dans les jardins sourciens…

100_5289

… dans la perspective de la République des Blogs du 3 juillet prochain à la brasserie de l’Indien ?

Poster un commentaire

Classé dans La Source

Pour Repères, merci monsieur le maire

Merci pour toute cette émotion partagée, grâce à vous et à vos décisions politiques, par les Sourciennes et Sourciens qui étaient venus manifester leur sympathie aux salariés de la régie Repères, dont le sort, sauf miracle, est maintenant … réglé.

Merci pour ces larmes, qui n’étaient pas que de bonheur.

Celles d’un Président admirable de sensibilité et entièrement dévoué, avec son bureau, à la recherche de solutions pour les salariés de la régie.

P1020123

Celles des employées, dont la dignité a été un exemple pour tout le monde

P1020141

P1020149

Et on vous fera grâce de celles de toutes les personnes présentes, et du directeur toujours passionné au service aux gens et du lien social, marque de fabrique des régies, … pour ne pas susciter un excès de bonheur qui pourrait être fatal aux élus trop sensibles (cardiaquement parlant) de la majorité municipale.

Tout cela pour dire que grâce à la volonté, sans aucune arrière pensée idéologique, de la municipalité de reprendre en main les associations mal-pensantes, en les dissolvant dans des associations plus « dociles », les régies de quartier, au premier rang desquelles celles de La Source, vont disparaître.

Il faut aussi lui rendre gloire de supprimer progressivement les marchés d’entretien et de ménage, qui étaient attribués à Repères… et plus encore de la subtilité de sa manœuvre qui consiste à transformer des contrats annuels en contrats d’entretien à durée beaucoup plus courts (hebdomadaires, mensuels) … ce qui, évidemment facilitent l’emploi à durée beaucoup moins indéterminé des salariés, voire même ne peut que déboucher sur leur licenciement.

Évidemment, tout cela n ‘a rien à voir avec la menace absolue qui pèse sur les 50 emplois de la régie.

Mais avant de disparaître, les amis de la régie Repères ont voulu montrer ce que convivialité voulait dire.

Chacune et chacun avait apporté sa contributionP1020155

Et la soirée c’est poursuivie en musique et en karaoké, parce que, comme nous le confiait l’une des participantes, les « petites gens que nous sommes savent aussi rester digne et que contrairement à d’autres tristes sirs, nous avons toujours le goût du bonheur en nous. »

Poster un commentaire

Classé dans La Source, Orléans, politique, Régie de quartier, Repères

Le 21 juin, c’est la fête de la musique … enfin pas pour tout le monde !

Décidément, les élus de la majorité municipale orléanaise sont extrêmement attentifs au bien être des citoyens Sourciens (qui participent).

Par exemple, pour leur éviter les nuisances sonores (sauf celles des Quad sur les avenues et autres scooters pétaradant autour du lac de l’Orée de Sologne), le 21 juin, il n’y aura pas de fête de la musique à La Source. C’est réservé au centre ville, comme nous l’indiquent gentillement, les panneaux d’affichage municipaux.

100_5260

Merci à vous, sages et attentionnés élus municipaux de droite, qui savez si bien différencier (stigmatiser ?) notre quartier.

La fête de la musique, nous n’en sommes évidemment pas plus dignes que du festival de jazz …

Peut-être avez-vous du mal à comprendre la musique de nos jeunes (trop agressive pour vous ?), et des autres (qui n’ont pas seulement envies de se tortiller par une soirée glaciale comme l’année dernière, devant un car podium posé sur le parking du marché, aux côtés d’un guilleret adjoint à la sécurité et à la « réussite scolaire » … « les promesses n’engagent que ceux qui les croit » !) …

Et si, tout simplement, les habitants de La Source (qui habitent) et qui sont aussi des citoyens (qui votent), avaient les mêmes droits aux mêmes animations que les autres orléanais ?

Serait-ce trop demander ?

Peut-être faudrait-il y consacrer un peu d’énergie, de volonté, en collaboration avec les vraies associations des habitants qui, elles, pourraient mobiliser les vrais gens.

We have a dream … but unfortunally, you can’t !

3 Commentaires

Classé dans La Source

Les pingouins arrivent …

Est-ce la perspective de la concentration de blogueurs annoncée à la brasserie de l’Indien à l’occasion de la République des Blogs, qui se réunira le vendredi 3 juillet prochain,  événement blogosphérique majeur de l’agglomération ?

Ou peut-être un effet du réchauffement climatique ?

Ou encore une preuve supplémentaire que le quartier de La Source est le plus écologique de la ville, n’en déplaisent aux « Diafoirus du développement durable tarte à la crème » des sphères biscornues du pouvoir local, qui refusent toujours de reconnaître les habitants de La Source comme citoyens à part entière capables de pédaler sur vélo+ comme tous les orléanais normalement constitués ?

En tout cas, les pingouins commencent manifestement à arriver en masse, sourire au bec … et gonflés à bloc, comme en atteste ce cliché, récemment volé dans la verdure sourcienne.

P1020106

Et vivent les pingouins sourciens !

8 Commentaires

Classé dans blogosphère, Blogs, environnement, Humour, La Source, Orléans

Il n’y a qu’à La Source qu’on a un … merlon frites !

100_5264

Vu au pied du célèbre merlon Sourcien, réalisé grâce à la pugnacité d’une poignée de résidents à la recherche de tranquillité vis à vis des rumeurs automobiles de la N 20 toute proche. Il s’agit manifestement des vestiges d’un « festin » mac donaldien » … abandonné au pied de la bute.

Décidément, les gens ne respectent rien.

mac de près

Serait-ce  cela le célèbre « merlon frites » dont les yeux globuleux lancent un regard langoureux aux apôtres du développement durable local.

Ouais, on sait, « merlon frites », on dirait du Fansolo ! Désolé.

1 commentaire

Classé dans La Source