Hommage à Jean Ferrat qui chantait notre … France pour Najlae et tous les autres sans papiers

« De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j’ai vécu à ce que j’imagine
Je n’en finirais pas d’écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d’été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d’Ardèche
Quelque chose dans l’air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d’Éluard s’envolent des colombes
Ils n’en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu’il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n’en plus faire qu’une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l’histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu’elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l’avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France »

Merci Monsieur Ferrat

6 Commentaires

Classé dans France, Jean Ferrat, La Source, Najlae, Sans papiers

6 réponses à “Hommage à Jean Ferrat qui chantait notre … France pour Najlae et tous les autres sans papiers

  1. François Reisser

    TRISTE ce soir, oui je suis TRISTE comme sans doute des millions de gens, comme ce peuple de gauche. Jean Ferrat m’avait ouvert à mes convictions et aux valeurs auxquelles nous croyons. Ceux qui aiment la montagne qu’il a tant chanté, ceux qui aiment à perdre la raison, l’une des plus belles chansons d’amour, sont TRISTES et oui et ils ont raison.

    Oui, ce soir, j’ai pleuré la disparition d’un GRAND. Oui ce soir, en sa mémoire, j’ai ouvert une bouteille de St Joseph, ce côte du Rhône de l’Ardèche.
    Nous espérons que son dernier coup de gueule sera le bon, veille d’un, je l’espère grand soir, comme lui l’attendait depuis si longtemps

    J'aime

  2. Oui, moi aussi j’ai pleuré, sans honte !

    J'aime

  3. Helage

    J’ai également pleuré.
    Jean Ferrat m »a souvent fait pleurer d’émotion, mais rire beaucoup aussi, en particulier avec ce poème rester si moderne, il suffit de changer le nom, quoique :

    On connaît l’ornithoryngulus
    Un des monstres de la préhistoire
    Le plésiosaure-diplodocus
    Qui hante encore toutes nos mémoires
    On se souvient du pithécanthrope
    Et de l’homme du Néanderthal
    Jusqu’à l’homo sapiens de St-Trop
    L’évolution restait très normale

    Mais dites-moi mais dites-moi
    A quoi peut correspondre en notre temps
    Un jeune
    Un jeune
    Républicain-Indépendant

    Un crocodile avec des moustaches
    Ça pourrait amuser les enfants
    Un évêque qui crie mort aux vaches
    Ça peut inquiéter les possédants
    Un morceau choisi de Déroulède
    Ça peut faire pleurer les adjudants
    Une fille même la plus laide
    Ça peut vous faire passer du bon temps

    Mais dites-moi mais dites-moi
    A quoi peut bien servir en notre temps
    Un jeune
    Un jeune
    Républicain-Indépendant

    Dans la marmite aux idées toutes faites
    Leur bouillie cuit depuis si longtemps
    Qu’ils ont déjà l’âge de la retraite
    Sans jamais avoir eu mal aux dents
    Comme la roue à l’électronique
    Comme le pétard à la fusée
    Le silex à l’énergie cosmique
    Leur avenir est dans les musées

    Car dites-moi oui dites-moi
    Ce qui peut justifier en notre temps
    Un jeune
    Un jeune
    Républicain-Indépendant

    J'aime

  4. Papy barbu

    Après les disparitions de Brel, Brassens et Ferré, voici celle du quatrième « très grand » poëte de la chanson française, Jean Ferrat.
    Salut l’artiste

    J'aime

  5.  » Quand quelque chose vous semble injuste, il faut vous lever et le dire… » J.Ferrat

    Il y des personnes qui laissent par leur absence un vide immense, mais qui ont ensemencé des consciences.
    Alors je pleure, oui.

    Mais c’est en nous qu’il vibre et que ses idées vivent.

    J'aime

  6. Girault

    Avec la mort de Jean Ferrat, c’est une part de moi même qui s’en va

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s