Archives quotidiennes : 7 novembre 2010

Nous nous sommes tant aimés …

On les appelait les immeubles de la rue Adélaïde de Savoie, après les avoir appelés Louis VI le Gros (dont Adélaïde était l’épouse).

Le GPV (grand patatras en vrac) les a condamné à finir en gravas et ferrailles tordues.

Certains habitants de La Source voient ainsi partir une partie de leurs souvenirs, de leur vie ou de leur enfance.

Merci à Christiane pour les belles photos de ces derniers instants

La « bête » jaune entre en action

Elle dévore de ses crocs d’acier ce qui était un lieu de vie

Et la « bête » démembrée se repose avant de happer sa prochaine victime …

Tout cela sous les regards intemporels d’Adélaïde et de son époux Louis VI dit le Gros qui avaient régné sur les immeubles historiques de notre quartier

Adélaide de Savoie est la fille du comte Humbert II de Savoie et de Gisèle de Bourgogne, elle née en 1100, elle épouse le roi de France Louis VI le gros en 1115.

5 Commentaires

Classé dans environnement, GPV, Histoire, La Source, Orléans, politique

« Le Moment 1940, effondrement national et réalités locales »

Les 18 et 19 novembre 2010 se tiendra à l’Université d’Orléans le colloque placé sous la présidence d’Antoine Prost :  « Le Moment 1940, effondrement national et réalités locales »

L’année 1940 est bien connue. Nous savons que la guerre se termine par une débâcle et que le vote du 10 juillet conduit au régime de Vichy.

C’est la mort de la République. L’histoire bascule. Les décisions orientent durablement l’avenir, l’armistice, le choix de la collaboration ou encore le statut des Juifs.

C’est le commencement de Vichy. C’est le commencement de la Résistance.

Le colloque privilégie donc les moments où l’histoire bascule, les décisions qui orientent l’avenir, à l’insu parfois de leurs auteurs.

Comme les autres départements, mais plus encore, le Loiret est le lieu de règlements de comptes politiques et d’improvisations administratives qui dessinent peu à peu le visage concret du nouveau régime.

Mais le Loiret est plus que tout autre traversé par les routes de l’exode et frappé par les bombes ; de plus, proche de Paris, il ressent plus rapidement les orientations de l’occupant. C’est donc un exemple qui mérite une attention particulière. Notamment avec l’arrivée d’un nouveau préfet qui aura à mettre en place puis à gérer les camps de Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau.

Avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, François Cochet, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Philippe Nivet, Serge Berstein, Eric Roussel, Robert Frank, Jean-Pierre Azéma, Annette Wieviorka, Olivier Loubes, Benoît Verny, Alya Aglan, Michel Margairaz, Gaël Eismann, Jean-Marie Flonneau, Pierre Allorant, Eric Cénat, Patrick Clastres, Philippe Tanchoux et Julian Jackson.

Ce colloque est organisé par :

• L’association des Amis de Jean Zay • Le Cercil • Le Cercle Jean Zay d’Orléans • L’Onacvg du Loiret • L’Université d’Orléans, le Laboratoire Collectivités Territoriales (LCT)/ UFR Droit, Economie et Gestion et le Laboratoire Savours/UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines.

Le programme complet est consultable sur le site du Cercil : www.cercil.fr

1 commentaire

Classé dans Histoire, Orléans