Impôts locaux à La Source : la faute à la commission communale ?

Ci-dessous quelques extraits significatifs de la question posée au sénat par JP Sueur (à lire in extenso sur le site du PS de La Source : http://pslasource.wordpress.com ) qui laissent perplexe :

« M. Jean-Pierre SUEUR appelle à nouveau l’attention de M. le Ministre du Budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat sur les injustices dont sont victimes nombre de contribuables du quartier de La Source, dans la commune d’Orléans. Les  logements  de ce quartier ayant été construits à partir des années 1960, aucun de ceux-ci n’a pu être considéré comme l’un des locaux de référence pour la détermination des catégories de logement, telles que définies par le Code Général des Impôts. Les références sont donc toutes situées dans d’autres quartiers de la même commune. Il est patent qu’il existe en matière d’impôts fonciers de réelles disparités entre les impôts acquittés par les habitants d’Orléans La Source et ceux d’autres quartiers de la ville alors que les prix de vente, d’acquisition et de location des logements situés à La Source sont d’un niveau nettement inférieur à ceux de ces autres quartiers (…)

L’association des Habitants d’Orléans La Source, le conseiller général du canton d’Orléans La Source et les autres élus qui les soutiennent, considèrent que les coefficients de situation générale et d’entretien, définis par les articles 324 R et 324 Q de l’annexe 3 du Code général des impôts, doivent être revus à la baisse pour des raisons d’équité.

Ils ont été confortés à cet égard par un jugement du 30 décembre 2009 du Tribunal Administratif d’Orléans qui a considéré que « le requérant est fondé à relever le caractère exagéré du coefficient de situation générale affecté à son immeuble (…)

Ayant saisi les services fiscaux sur la base de la décision de cette juridiction, certains des contribuables concernés se sont vus répondre étrangement par lettre du 10 septembre 2010 que « la réduction de ce coefficient n’entraînant pas de modification de la valeur locative de plus du dixième », la décision du Tribunal Administratif a bien été prise en compte « pour mémoire (…) avec mise en surveillance ».

(…)

Texte de la réponse (du ministre Baroin) :

La valeur locative, qui sert à l’établissement de la taxe foncière et de la taxe d’habitation, tient compte de l’état et de la situation du logement par le biais de coefficients. Ces coefficients ne sont pas déterminés unilatéralement par l’administration, mais en étroite concertation avec la commission communale des impôts directs. Ils ne sont pas figés mais peuvent évoluer à la hausse ou à la baisse pour tenir compte des changements de caractéristiques physiques et d’environnement.

(…)

François BAROIN tient néanmoins à vous préciser, qu’en l’espèce, cette variation des valeurs locatives des locaux concernés à modification du coefficient de situation est mise sous surveillance dans l’attente, de nouvelles modifications qui pourraient à l’avenir porter à plus d’un dixième la variation totale constatée, et donc permettre de reconsidérer à terme le niveau de taxation.

Texte de la réplique de Jean-Pierre SUEUR :

« Votre réponse n’est malheureusement pas satisfaisante. Les habitants d’Orléans La Source sont victimes depuis de nombreuses années de cette injustice fiscale. Je note – et ce n’est pas indifférent – que vous avez insisté sur le rôle de la commission communale des impôts directs qui peut décider d’orientations et proposer des solutions en lien avec les services fiscaux. Mais il est incompréhensible, alors que le Tribunal Administratif a pris clairement position pour une révision du coefficient de situation, qu’aucune suite ne soit donnée par les services fiscaux. Je note que M. BAROIN annonce que la situation est « mise sous surveillance » dans l’attente « de nouvelles modifications ». J’espère que cette « mise sous surveillance » se traduira par une évolution rapide de cette situation injustifiable. (…) Vous savez que tout le système est créateur d’injustice puisqu’on raisonne toujours sur des bases datant de plus de quarante ans. Ces injustices sont patentes, inacceptables. Et je sais que dans le cas précis du quartier d’Orléans La Source, il est possible et indispensable de changer les choses. Je continuerai de me battre avec ténacité pour que nous y parvenions ».

***

Autrement dit, lorsque la municipalité répond aux habitants de La Source qu’il n’est pas possible de corriger la base d’imposition locale, c’est en fait parce que la « commission communale des impôts directs » s’y oppose.

Mais au fait, qui siège au sein de cette commission communale ?

Sous réserve de vérification (en cours), cette commission communale serait composée d’élus municipaux, des membres de l’administration fiscale et des « personnes qualifiées » par quartier désignés … par la municipalité.

Un grand merci donc à la municipalité d’Orléans qui œuvre avec tant d’attention au bénéfice des Sourciens.

5 Commentaires

Classé dans AHLS, Humour, Impots locaux, Jean Pierre Sueur, La Source, lady Gaga

5 réponses à “Impôts locaux à La Source : la faute à la commission communale ?

  1. Voice

    le combat continue sur ce sujet là aussi !!
    En plus de la hausse du loyer HLM et de la hausse du gaz.
    Que de luttes encore à la Source (et ailleurs) !
    A quand une augmentation des ressources de 20 % ? pour s’aligner sur celle du gaz par exemple, ou celle du Président de la République.

    J'aime

  2. Papy barbu

    Tout d’abord, un grand merci à Jean Pierre Sueur qui a porté, encore une fois, la voix sourcienne sous les ors de la république du palais du Luxembourg.
    Une petite précision: Le 30 décembre 2009, le tribunal administratif a émis dans la notification du jugement un considérant qui précise:  » le requérant est fondé à relever le caractère exagéré du coefficient de situation générale affecté à son immeuble (…) qu’il sera fait une juste appréciation des inconvénients relevés en fixant le coefficient de situation générale à -0,1″ Les requêtes de l’époque portaient sur les années 2007 et 2008, compte tenu du fait que le passage à -0,1 du coefficient de situation générale n’entraînait pas plus de 10% de baisse de la valeur locative, les requêtes pour les années précitées ont donc été rejetées. Néanmoins, l’injonction du tribunal pour les années 2009 et au delà reste valable et appliquable. Ce que se refuse de faire les services fiscaux et la commission communale des impôts directs. L’interprétation des textes de lois par les services fiscaux et les enarques de Bercy est curieuse. Il est surprenant que ces services s’assoient ainsi sur des décisions de justice. Il n’est donc pas surprenant que près d’une centaine de requêtes soit de nouveau déposées auprès du tribunal administratif pour que justice soit rendue.
    Dans les prochain jours le groupe de travail « Valeurs Locatives » et l’AHLS rencontreront notre député de circonscription, comme il l’a proposé. Après la brillante intervention de notre sénateur, nous attendons de sa part un soutien sans faille. Il a la capacité d’intervenir auprès de la CCID (puisqu’elle détient au dire du ministre, la clé qui doit tout dévérouiller)
    Il sera très facile de lui présenter les éléments qui prouvent l’injustice subit par les sourciens. A moins que, comme les énarques de Bercy, il refuse d’entendre les arguments et de reconnaître l’évidence. Il ne suffit pas d’être à l’écoute, il faut aussi « ENTENDRE » . Or comme chacun le sait il n’est pas plus sourd que celui qui refuse d’entendre.
    Le combat continue, il ne s’arrêtera qu’avec l’obtention d’une véritable justice fiscale pour La Source.

    J'aime

  3. Tryphon

    « Mais au fait, qui siège au sein de cette commission communale ? »

    Sont-ce les dix gagas dont auxquels il est fait allusion dans les tags ?

    J'aime

  4. Haddock de La Source

    Tonnerre de Brest
    Il a raison notre Tournesol local.
    Ils ont mis les dix gagas dans leurs tags ?
    On veut le liste des membres de la commission théodule SVP, pour savoir à qui parler …

    J'aime

  5. dame Lepion

    Compte tenu du pourcentage que représente, en nombre de contribuables, la population de la Source, il est vain d’espérer que la CCID trucide la vache à lait fiscale qui nourrit la bourgeoisie du centre-ville.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s