L’ex-adjointe au maire d’Orléans : le bel exemple

A l’occasion des 2 tours de l’élection présidentielle, on aura pas vu la ci-devante adjointe au développement durable et néanmoins toujours conseillère municipale de la majorité grouardienne, Marie Cuny-Seguin, dans le bureau de vote n° 63 des Guernazelles qu’elle avait pourtant présidé avec éclats lors de précédents scrutins.

Certes, la dame travaille désormais à Copenhague, mais les plus de 10% de procuration enregistrés sur ce bureau de vote auraient pu l’inspirer.

Mais aucune procuration en son nom n’y a été enregistrée, ni pour le premier et pas davantage pour le second tour.

Refus de participation ? Volonté d’afficher sa désapprobation des offres électorales proposées ? Simple étourderie  ou coupable légèreté citoyenne ?

Les studieux électeurs locaux (plus de 85% de participation sur les 2 bureaux des Guernazelles), s’interrogent encore sur les causes de cette absence, pas très exemplaire et qui ne semble pas manifester un grand esprit civique.

2 Commentaires

Classé dans école maternelle, développement durable, Elections, Indemnités, La Source, politique, Procuration de vote

2 réponses à “L’ex-adjointe au maire d’Orléans : le bel exemple

  1. Laudes

    Moi, rédacteur sur le blog Openlasource, je ne me permettrais pas d’attaque ad feminem,
    Moi, rédacteur sur le blog Openlasource, je respecterais le secret du vote.
    Moi, rédacteur sur le blog Openlasource, je ne pourrais avoir connaissance des signatures sur la liste électorale qu’en tant que scrutateur et dans ce cas, je serais tenu à un strict devoir de confidentialité.
    Moi, rédacteur sur le blog Openlasource, j’arrêterais de me moquer de notre « Eva Joly » orléanaise.

    J'aime

  2. openlasource

    Ah, Laudes, vous nous manquiez. C’est un plaisir de vous retrouver.
    Juste une précision : les listes électorales sont accessibles aux citoyens, y compris ceux qui contribuent à Openlasource … et nous n’avons rien dit sur le fait qu’une fois encore, dans le bureau maudit où sévissait auparavant la « ci-devante », la clé d’un des cadenas de l’urne ne fonctionnait plus. Résultat (à lire sur le PV du scrutin), le cadenas a du être fracturé avec une pince coupante pour permettre la récupération des enveloppes et le décompte des voix.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s