Archives mensuelles : août 2012

Un problème de parking ou une absence de volonté ?

C’est manifeste, les parkings ne sont pas une spécialité Sourcienne

Leur entretien laisse vraiment à désirer, quand ils existent …

Et quand ils n’existent pas, les autorités locales sont d’une rare cécité à l’égard des contrevenants de tous poils, multirécidivistes et autres.

La gentille (et parfois un peu dangereuse aussi) pagaille, qui règne le dimanche matin autour du « marché aux tissus », en est une affligeante illustration.

Il est vrai que la municipalité a sans doute délibérément fermé les yeux sur ce stationnement anarchique, préférant le voir s’installer chez les manants de La Source plutôt qu’aux abord immédiats de la belle ville où se tenait auparavant ledit marché, sur les quais de Loire.

Résultat du laxisme ambiant, certains automobilistes se laissent aller à stationner leur char n’importe où et n’importe comment.

Le long de la rue Georges Sand par exemple, on peut apprécier la qualité esthétique de l’exposition automobile qui prend place depuis quelques temps sur les trottoirs « enherbés ».

Un propriétaire de Golf qui a la flemme d’ouvrir le portillon de son parking privé et préfère utiliser l’espace public pour reposer sa vieille auto. On peut d’ailleurs s’interroger sur la dérogation au permis de construire qui a autorisé ce seul pavillon à disposer d’une « entrée » sur la rue. Les autres pavillons sont normalement accédés depuis des placettes privatives !

Plus récemment, c’est manifestement un utilitaire qui, sans doute inspiré par l’exemple du premier, a commencé à se stationner sur le trottoir de la rue G. Sand.

Et dans les rues adjacentes, le phénomène gagne

Et dire qu’on disait la municipalité d’Orléans de type sécuritaire et tout et tout.

Certes, on ne souhaite pas en venir aux extrêmes parfois constatés en la matière


Mais dans un souci raisonnable de bien vivre ensemble, le respect du règlement d’urbanisme et du code de la route, ne paraissent pas vraiment attentatoire aux libertés publiques et individuelles.

A défaut, c’est cela que l’on risque sur nos trottoirs et le long de nos avenues arborées …

Alors la municipalité, on se bouge aussi pour La Source ?

Avec tout ce qu’ils font pour nous …

5 Commentaires

Classé dans Accessibilité, développement durable, La Source, Orée de Sologne, Orléans, Panneaux, Stationnement

Piège en hautes herbes … ou « le vélo de la peur »

Attention, Sourciennes et Sourciens, méfiez vous de cet insidieux panneau dissimulé au coin du bois …

En pensant à la ci-devante adjointe au développement duraille et élue ex-sourcienne, vous pourriez être attiré dans les pièges des mangeurs de roue.

Rappelez-vous que cette grande « défenderesse » de la petite reine orléanaise, désormais exilée au pays du vélo (non pas l’Angleterre des dopés olympiques,  mais celui de la petite sirène (et pas des pompiers), le Danemark) proposait au merveilleux « Vélotour » de passer dans nos sourciennes avenues, après avoir traversé, à grand renfort de publicité,  la scène du théâtre d’Orléans, ou les ateliers municipaux. La ville consacre d’ailleurs toujours quelques dizaines de milliers d’Euros chaque année pour cette manifestation éminemment sociale, culturelle, sportive et écologique …

Dans le futur programme municipal promu par Openlasource, on verrait bien une nouvelle formule de « Vélotour » de ce type

Mais revenons à notre quartier et à nos affaires du moment. Vous êtes à vélo (ou en vélo, car les deux se disent), et vous grimpez laborieusement le célèbre « col dit des tennis » (on explique plus loin).

Attention donc, car ce qui vous attend, au sommet de la côte, ce n’est pas uniquement ça

C’est surtout ça

Et ça, c’est la crevaison assurée

Parce qu’en effet, depuis un bon bout de temps maintenant, sur 50 m vous devrez traverser un « grattoir en ciment », responsable de la crevaison de nombreuses roues de fidèles (enfin elles le déclarent) et pédalières lectrices d’Openlasource, et qui nous ont l’ont écrit.

Vous aurez reconnu la zone piégée,  au croisement des rues Honoré de Balzac et Ambroise Paré (devant les tennis).

On comprend mieux pourquoi l’Agglo ne veut toujours pas implanter « Véloplus » à La Source !

Et pourtant, comme disent les mordus de la pédale  : « Vive la République, vive la France »

 

Avec tout ce qu’ils font pour nous …

 

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, Agglo, Bilan carbone, développement durable, environnement, France, Humour, La Source, Orléans, Panneaux, Plein air, politique, Vélo

Quel « Horizon » demain ? Yves Bodard se souvient de nos rêves …

Pendant l’été l’été Yves a commenté notre article sur les jeunes à La Source.

Au moment de la rentrée, quand les parents pensent plus particulièrement aux jeunes, et que la mairie elle au contraire semble beaucoup mois s’en préoccuper, nous vous en proposons la relecture.

Merci Yves.

« J’ai été un des penseurs, un des bâtisseurs et un des “animateurs” (au sens de faire vivre,donner une âme)….. du foyer Horizon (Savez vous que le nom a été choisi par les jeunes du quartier qui avaient hésité entre Horizon et Oasis).
En effet, à sa création, ce lieu d’accueil à bas seuil d’exigence à destination des jeunes de + 16 ans a été géré et animé par l’équipe d’éducateurs de rue (APSO) car aucune structure n’avait l’envie,  les moyens humains et la compétence pour gérer un accueil collectif, puis par un conseil de gestion constitué d’ un collectif associatif sourcien et d’un comité d’animation composé de jeunes du quartier. Un vrai esprit de participation citoyenne animait l’esprit de ce lieu avec un atelier technique animé par un éducateur technique qui jouxtait le lieu d’accueil et d’animation et donnait une autre dimension à cette structure où les jeunes pouvaient faire, expérimenter, travailler le bois, le fer, bricoler et bris-coller, mettre des mots sur des maux dans un lieu peu anxiogène…


Par la suite, c’est l’ASELQO qui a repris la gestion de cet équipement en maintenant dans un premier temps l’esprit du lieu vers le public ado ; le poste de l’animateur, Francis Ortéga,habitant du quartier et mémoire de ce lieu,glissant de l’APSO vers l’ASELQO pour faire le lien.
Ce lieu, cette petite maison enclavée au milieu des tours a une histoire et la philosophie de ce lieu convivial résidait aussi dans ce côté pittoresque d’offrir une petite maison comme un îlot de vie au milieu des immeubles…c’était tellement improbable mais en même temps si authentique!
On connait la suite,le foyer Horizon est devenu un lieu annexe du centre social Romain Rolland avec un changement de cap et de public(plus jeune), l’ASELQO étant sous influence municipale, l’esprit cher à la prévention spécialisée allait s’envoler mais l’âme du lieu, les souvenirs de liens tissés allaient survivre et je raconte son histoire dans mon premier livre ”Banlieues de l’émeute à l’espoir”.

Le foyer Horizon doit vivre ici, c’est mieux ou ailleurs et l’esprit de cet espace de vie doit renaître car il a disparu.
– Oui,il faut un lieu pour les Ados à La Source,un lieu de mixité et de rencontre,
– Oui il faut repenser l’esprit d’un lieu qui soit par séquence”inter-générationnel”
– Oui il faut rappeler la mémoire et si le foyer Horizon doit être démoli, ce serait un pan de l’histoire de La Source qui s’écroulerait et je demande solennellement à nos élus qu’une stèle en rappelle l’existence, la mémoire car ce fut un vrai lieu de vie et de partage, il y a un peu plus de 20 ans… et puis à 20 ans, c’est trop tôt pour mourir.


Il suffit de descendre dans la rue et de questionner ” les anciens jeunes” qui ont fréquenté, connus ce lieu et vous vous rendrez compte combien ce lieu a compté/conté pour eux.
Si les gens qui gèrent le site ”Open La Source”, gage de sérieux et de fiabilité, se penchaient sur le sujet et allaient à la rencontre ou à la recherche de la mémoire de ce lieu ,ce serait un formidable espace médiatique pour soutenir la démarche et le combat de Madame Kounowski à laquelle, je suis disposé à apporter mon vécu et toute mon énergie pour réparer cette “injustice” et avant qu’il ne soit trop tard.

Yves Bodard,* 21 ans au service des Sourciens

*éducateur de rue sur le quartier de La Source du 7  Mars 1988 au 1er Octobre 1997 (j’avais 23 ans…)
Puis en bas de la tour 17 (service des tutelles) d’ Avril 1997 à Mars 2009.
Contraint par nécessité professionnelle de migrer à … l’Argonne

Poster un commentaire

Classé dans La Source

Le président du conseil d’administration du CHR de La Source doit être malheureux

Lui qui est si sensible à la brillantitude de sa ville, le voilà une nouvelle fois pas très bien classé du tout !

Le magasine Le Point vient en effet d’établir le Tableau d’honneur 2011 des hôpitaux de France

Sur 50 hôpitaux classés, le CHR d’Orléans (centre hospitalier régional) se positionne à « l’excellente » … 45ème place ! L’ennui, c’est que ce rang s’est plutôt dégradé depuis le précédent classement du même magasine, l’année dernière.

C’est balot.

Mais qu’on se rassure néanmoins, pour un certain nombre de « pathologies », le CHR d’Orléans se glisse dans le top 20 de l’excellence.

C’est le cas pour le traitement de l’épilepsie, des accidents vasculaires cérébraux, de l’appendicite, du cancer du sein, de la chirurgie de l’obésité, de celle de la colonne vertébrale, des testicules, du côlon et de l’intestin, du ronflement, de la hernie de l’abdomen, des maladies infectieuses et du voyageur, de la neurochirurgie, de la pédiatrie, de la proctologie, de la rétine, de la rhumatologie, des stimulateurs cardiaques, de la thyroïde, des urgences traumatologiques et de la vésicule biliaire…

Et un raton laveur, un !

3 Commentaires

Classé dans La Source

Pourquoi Orléans brille si peu pour les jeunes …

On comprendra mieux le divorce entre les jeunes et la municipalité d’Orléans, en prenant connaissance de cette vidéo qui nous a été communiqué par un … jeune.

Il s’agit de l’une des émissions du Web 2.0 les plus réputées de l’univers des « Geeks » (1)

A voir, particulièrement à la 2ème minute, pour mieux comprendre (ou ne pas comprendre) la particularité des jeunes d’Orléans et l’estime dont notre bonne ville fait l’objet dans le monde … des jeunes :

Encore une fois, pour la « brillancitude » d’Orléans à la sauce Grouard, c’est raté !

Peut-être s’agit-il d’une des « clés » du divorce entre la municipalité et les jeunes de notre cité et l’une des explications de la position du maire adjoint Olivier Carré vis à vis de « l’espace jeune » … qui a disparu des radars du GPV ?

A l’origine, avec un financement conséquent de l’État (via l’Agence nationale de la rénovation urbaine), un espace réservé au jeunes du quartier de La Source devait être créé dans le périmètre du GPV. Des études ont même été programmés pour quelques 50.000€ (quand même !). C’est dire comme la chose devait être grande et belle !

Un espace jeune pour remplacer le local (bien obsolète certes) qui existait rue Adélaïde de Savoye, et même le foyer Horizon, lui aussi voué à la disparition.

A l’occasion du dernier Conseil municipal, une autre disparition est… apparue : celle dudit espace jeune, dont le financement de l’ANRU a même été supprimé !

Un des arguments avancé par la municipalité, et particulièrement l’adjoint au maire et commandant en chef du GPV de La Source, le sus-nommé Olivier Carré (récemment réélu député de notre circonscription) : « les jeunes ont déjà tout ce qu’il faut à La Source » :

  • des associations sportives et culturelles chargées de bien les encadrer (Aselqo, Escale, …) en leur proposant toutes sortes d’animations et d’activités sportives
  • une très belle Médiathèque, ouverte presque tous les jours de la semaines (enfin entre le 3 juillet et le 25 août, les mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14 à 18h00)
  • un conservatoire de musique pour y apprendre le piano, la clarinette et l’accordéon (entre autres)
  • un centre sportif aux murs végétalisés, du côté de la place Minouflet
  • et tant d’autres choses encore, à découvrir, sans doute…

Alors, que veulent-ils de plus ces jeunes « désœuvrés » ? Un local pour y organiser, quand ils veulent et comme ils veulent, des activités plus en correspondance avec l’air du temps ?

Faut pas pousser quand même !

D’ailleurs ceux qui ne seraient pas satisfaits de l’offre municipale peuvent encore se rabattre sur le catéchisme et l’école coranique, c’est selon …

ça devrait rappeler quelque chose aux anciens jeunes …

***

(1) Quelques précisions sur les Geeks et autres Nolife, Gerd et ordinausores d’après Wikipedia :

Geek (/gik/), parfois francisé en « guik » est un terme d’argot américain, qui désigne de façon péjorative, à l’origine, une personne bizarre perçue comme trop intellectuelle. Le mot a été peu à peu utilisé au niveau international sur Internet de manière revendicative par les personnes s’identifiant comme tel.

Avec le succès des gadgets de haute technologie, une personne qui aime de tels objets voudra s’autoproclamer « geek »en tant que féru d’informatique.

L’archétype classique du geek est celui de l’adolescent passionné d’électronique, d’informatique, d’univers fantastiques (comics, science-fiction, heroic fantasy, etc.). Cette passion s’exprime concrètement à travers de nombreuses activités, telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique.

Il y a souvent confusion entre les geeks, les nolifes, et les nerds.

Si nolife et geek ne sont pas synonymes. Le nolife est celui dont la passion (généralement le jeu vidéo) devient une addiction, puisqu’elle occupe une part démesurée dans sa vie, et va jusqu’à être un frein pour son emploi ou ses études. Ce n’est pas forcément le cas du geek, puisque le plus souvent les geeks offrent une part raisonnable de leur temps à leur passion.

Une autre différence majeure entre les geeks et les nolifes consiste dans le fait que les geeks forment une communauté, qui se retrouve sur Internet mais aussi dans le monde réel, et possèdent ainsi une vie sociale (on parle alors, dans le jargon d’Internet, de rencontre « In Real Life »). Le nolife, lui, n’entretient pratiquement pas ou plus de relations avec le monde extérieur, et il empiètera sur ses relations sociales pour se livrer à son activité.

En outre, il est important de différencier précisément les termes nerd et geek. Ces deux termes peuvent parfois se recouper mais ne sont pas pour autant synonymes. En effet, le terme nerd fait davantage référence aux passionnés d’informatique ou de sciences que le terme geek, qui englobe d’autres passions de l’ordre du fantastique ou de la science-fiction. Le nerd est donc une catégorie de geek3.

Enfin, la différence entre « geek » et « technophile » est simple, puisque radicale : le technophile est simplement celui qui apprécie l’usage d’un téléphone portable, d’un ordinateur, d’Internet, en bref, des nouvelles technologies . Or, si tous les geeks ou presque sont technophiles, un utilisateur de téléphone portable n’est pas nécessairement un geek2.

De nombreux geeks aiment à approfondir leurs connaissances en se tournant vers des logiciels libres et systèmes d’exploitation de type Linux, ou au contraire, vers du matériel considéré comme obsolète, notamment les ordinosaures.

12 Commentaires

Classé dans La Source

Mais il est tout troué le GPV

En tous cas, le panneau qui vante (vente ?) le GPV (Gros Plein de Vent ?) a comme des gros trous

Veut-on montrer ainsi, l’avenir du quartier tel que l’imaginent nos édiles, pas très rassurés par les récents votes des Sourciens ?

Démontrent -ils, au contraire,  l’humeur Sourcienne vis à vis des projets réalisés par ces mêmes édiles ?

Sont-ils simplement le reflet de la qualité des travaux : beaucoup d’esbroufe et une qualité … qui laisse à désirer ?

Tout dans la gueule, quoi, le GPV (Gueule Pas Valentine).

Avec tout ce qu’ils font pour nous…

2 Commentaires

Classé dans GPV, Humour, La Source, Olivier Carré, Orléans

Openlasource dans le monde

Cet article est dédié à tous les amis lecteurs et commentateurs d’Openlasource.

Depuis février dernier, Openlasource a reçu près de 23.000 « visites », ce qui nous réjouit, et parfois nous surprend.

En effet, dans les outils de tableau de bord d’Openlasource, figure l’information sur l’origine géographique des visiteurs.

Ainsi, nous constatons la visite régulière de lecteurs du monde entier, et particulièrement, de Belgique (plus de 500 visites), du Canada (375), de Suisse (279), des États Unis (196), d’Algérie (176), du Maroc (147) ou de Tunisie (136).

Vous tous qui nous rendez visite depuis le monde entier, peut-être originaires de La Source et qui venez ainsi prendre quelques nouvelles de votre quartier, n’hésitez pas à nous laisser quelques mots de commentaire pour nous dire ce que deviennent nos frères Sourciens de la diaspora.

A vos commentaires donc et encore une fois, mille mercis de votre fidélité.


Merci aussi, bien sur, à notre ami Djiboutien, notre visiteur Laotien, Costa-ricien, Maltais, Norvégien (Mme E. Joly ?), Ecuadorien, Nigérien, Togolais, Béninois, Vanuatien, Moldave, Coréen, Vietnamien,  …et tous les autres, égarés un instant sur Openlasource, suite à l’aiguillage aléatoire d’un moteur de recherche taquin, ou curieux de savoir ce qui peut bien se passer dans le village-monde de La Source, Orléans, France, Europe, … Galaxie.

1 commentaire

Classé dans La Source