Le massacre des pingouins : la suite

De notre envoyé spécial, le célèbre Pingouin barbu de La Source, en direct d’Australie

« Pendant que d’autres s’ébattaient joyeusement aux fêtes du cinquantenaire du quartier, l’envoyé spécial d’Open La Source dans l’hémisphère sud recherchait le fin mot de l’affaire sur les massacres des pingouins à l’île kangourou en Australie du sud.

Les faits sont exposés dans l’article d’Open La Source du 3 Septembre 2012. Je me suis donc rendu sur le site dans l’île Kangourou au centre des pingouins afin de rencontrer les parties concernés.

C’est de nuit à la lueur de torches à la lumière rouge que j’ai pu observer les pingouins. Les pingouins adultes partent à la pêche  et rentrent à la nuit tombée pour nourrir les jeunes. Il est fortement déconseillé d’utiliser un autre éclairage, ceci justement afin de ne pas alerter les otaries qui pourraient en profiter pour attaquer les pingouins adultes à leur retour de la pêche.

Il est vrai que les otaries qui vivent dans les environs attaquent les pingouins, mais ces actes délictueux ne sont pas nouveau. Les deux espèces cohabitent depuis longtemps et l’un à toujours été le prédateur de l’autre et même si l’on peut le regretter (en tant que pingouins sourciens), c’est la loi de la nature.

A La Source, nous avons aussi nos otaries qui cherchent à nous détruire. Fort heureusement, à la différence avec nos amis pingouins australiens, nous nous sommes organisés pour résister.

Les personnes rencontrés reconnaissent que  ce phénomène existe mais que tout est mis en œuvre pour protéger les pingouins nains.  Si la population pingouinesque est en diminution, ces personnes prétendent que les otaries n’en sont pas les seules responsables. Il m’a été dit que la pollution, ici aussi, faisait des dégâts auprès des jeunes pingouins.

Malheureusement, le temps sur place m’étant compté et devant terminer mon périple dans l’île puis retourner voir les pingouins sourciens, je  n’ai pu  approfondir ce sujet. »

***

Note des rédacteurs en chef : faudrait quand même pas prendre l’association des amis d’Openlasource pour une tirelire. Nous ne financerons certainement pas un 2ème voyage à notre envoyé spécial, pour approfondir le sujet. Non mais !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans La Source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s