On se fâche avec les profs de la Fac ?

Les sujets de débat, d’inquiétude et d’interrogations ne manquent pas sur La Source comme nous le faisait justement remarquer récemment un de nos lecteurs fidèles.

Il nous faudra donc revenir sur les incivilités des uns, les renoncements des autres, et plus encore.

Image2Ah, la vertu de l’exemple !

Le bâtiment EDF, qui fait l’objet d’une intéressante exposition à la Maison de l’architecture, se dégrade inexorablement sans que des mesures de protection soient prises. Le Préfet de région aurait-il oublier de signer le classement au patrimoine avant de partir sous les ors du Conseil d’État ?

Conseil d'Etat

Son successeur trouvera-t-il rapidement un petit stylo pour parapher cet arrêté ?

En attendant des idées et projets ne manquent pas pour redonner à ce bâtiment remarquable une nouvelle destinée.

p1040139

Openlasource, qui en sait plus qu’il n’en dit, reviendra sur ce sujet lorsque le temps sera venu…

Autre sujet d’inquiétude : la construction annoncée du magasin Ikea aux portes de notre quartier.

Si certains se réjouissent de la création d’emplois, surtout pour des jeunes (et c’est très bien), annoncée à grand renfort de communication bien convenue…. d’autres s’interrogent sur la disparition symétrique de quelques échoppes locales de meubles, accompagnée de la perte d’emploi de leurs salariés historiques.

ikea-embauche

Il est évidemment difficile à ce jour de faire la balance entre les effets positifs et négatifs de l’affaire. Mais cela n’interdit pas d’y réfléchir.

En tout cas il y a une chose de sure, c’est que dans l’état du plan et des moyens de circulation actuels, l’ouverture d’Ikéa à Ardon, provoquera d’inextricables encombrements routiers dont notre quartier supportera les très néfastes conséquences.

Capture IKEA

Comme les autorités locales (département, agglomération et communes concernées) semblent d’en soucier comme d’une guigne (autrement dit s’en foutent manifestement) et jouent la politique de l’autruche, il faudra nous préparer à un long siège… avant d’obtenir gain de cause. Comme d’habitude, c’est une fois dans le mur (même pas au pied du mur), que les autorités se rendront compte qu’il y avait un problème. Et là aussi, on nous dira que les experts…

ikea-fiat500

Histoire de finir cette chronique ronchonne en se fâchant avec une nouvelle catégorie de lecteurs, voici une étude bien fâcheuse pour notre belle université d’Orléans.

On la savait pas forcément toujours bien soutenue par la municipalité du coin.

On l’envisage parfois à l’orée de notre quartier, sans que jamais ou presque, malgré les efforts de quelques uns, la rencontre entre l’une (l’université) et l’autre (La Source) a produit des résultats bien visibles.

Danger-RacaillesOn sait la difficulté de vivre de certains étudiants reclus à quelques kilomètres d’un centre ville inaccessible, faute de moyens de transport aisés ou suffisamment économiques : le tarif des bus, excessif, est inadapté aux bourses étudiantes, comme leurs horaires en soirée, et vélo+ stigmatise notre quartier et ses étudiants itou, puisque nous sommes globalement tous considérés comme des « graines de délinquants ».

PIC03155.JPG

Voila maintenant qu’on nous révèle que notre université ne se consacre manifestement pas suffisamment, ou pas suffisamment bien à ses étudiants.

C’est en tout cas ce que nous apprend le journal Le Monde du 19 septembre dernier, en se référant à une publication du Secrétariat d’État à l’enseignement supérieur.

Cette étude analyse les taux de réussite des étudiants en fin de première année de licence pour l’année 2012-2013 et le pourcentage des étudiants quittant l’université en fin de première année, ce qui permet d’apprécier les « efforts pédagogiques de l’université en fonction de l’origine sociale et du parcours scolaire des étudiants ».

R_forme_gr_ve_ducation_nationale_umpEt à ce classement, Orléans se retrouve hélas, plutôt dans le peloton de queue … à la 54ème sur 78 universités françaises (en comptant celles des DomTom). Autrement dit, très en dessous de la moyenne !

  • 38% des étudiants seulement réussissent en fin de première année de licence, quand les meilleures universités affichent un taux supérieur à 50%. Et Orléans n’a pas même l’alibi d’une fac de médecine structurellement sélective…
  • 31% des étudiants orléanais quittent l’université avant la fin de la première année, contre 18 à 20% pour les meilleures universités du classement.

humour_enseignantAllez les les profs, encore un effort

Poster un commentaire

Classé dans La Source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s