Archives mensuelles : octobre 2014

1700, ils étaient 1700…

… inscrits à la célébrissime Course de l’Indien à La Source ce dimanche.

On se rappelle que l’année dernière, c’est le président de la commission des lois du Sénat qui avait donné le départ, d’un coup de pistolet magistral.

P1040976On connaissait les tontons flingueurs, on découvrait alors les sénateurs flingueurs

Mais pour éviter le risque de « tirs amis », les organisateurs ont fait appel cette année à un vrai professionnel du tir sur cible mobile

3645364camhdAucun faux départ possible…

Ce qui a permis d’engager un dialogue franc et direct avec certains participants

cascade

Mais une fois franchie la ligne de départ, seule la course compte, et 1.700 indiens piétinant en trottant (voire en cavalant pour les plus véloces) les plaines sourciennes, ça fait déjà une belle tribu

En-Touraine-le-marathon-sera-aussi-une-fete_reference

Parmi les coureurs et personnalités, quelques figures connues, comme celles des Michel Brard et Ricoud.

Le premier en tenue de sportif conseiller général du Loiret, le second en habit du dimanche de conseiller municipal sourcien et général.

MBD

Quant aux podiums, ils étaient éclectiques et méritants

photo-8

Et si certains lorgnaient avec envie que les nombreuses récompenses des efforts accomplis

photo-10

D’autres semblaient viser plus haut, plus loin, plus fort encore…

course-anim-plein-cielou inversement

jogging

1 commentaire

Classé dans La Source

Un loup dans la bergerie ?

Voici ce qu’un délateur mal-intentionné a publié sur notre « mur Facebook » :

10458891_10203741997769465_6787854135339013843_n

Les lecteurs assidus de notre site se rendront vite compte qu’il s’agit d’un photo-montage de piètre qualité. Les poils des pingouins sont très mal imités. Quant au grand éléphant gris à l’extrême droite, il est très mal dessiné. Enfin, c’est l’extrême droite qui en général a un dessein suspect…

Quoi qu’il en soit, le pingouin sourcien ne saurait se compromettre avec le greffier local, bouffeur d’écureuil et gavé aux croquettes.

Ceci (ou cela) dit, comme l’indique le célèbre dicton indien (celui de la place du même nom), « quand les pingouins frissonnent sur la glace du lac, c’est que l’hiver est froid ».

Qu’on se le dise.

Poster un commentaire

Classé dans La Source