Archives de Catégorie: BRGM

MCS : un bilan mi-chèvre, mi-chèvre

A l’image de son parti d’adoption, le Modem toujours hésitant entre la droite et la droite, notre ci-devant adjointe au développement duraille s’en va, après être partie sans être partie.

Enfin bref, Marie Cuny -Seguin vient de démissionner du Conseil municipal après avoir empoché tout de même plusieurs mensualités d’indemnités d’élue locale, alors qu’elle était déjà installée chez la petite sirène à Copenhague.

C’est souvent comme ça avec le Modem : excessivement tiède

L’interview qu’elle a accordé à la République du Centre il y a une semaine laisse … pantois, mais pas sans voix.

Elle y dit son étonnement et son admiration face à l’usage intensif du vélo et des transports en commun dans sa nouvelle ville d’adoption : Copenhague.

Quand on sait l’énergie que cette remarquable élue a mis dans la promotion de l’usage du vélo dans son propre quartier !

Ses prises de positions comminatoires et radicales en faveur de l’installation de Vélo+ à La Source en sont de brillantes démonstrations qui ont du faire trembler plus d’une fois son collègue et co-adjoint au Conseil municipal d’Orléans,  Charles Eric Lemaignen en personne.

Non, on déconne ! elle ne l’a sans doute jamais menacé de rien, ni même sollicité pour quoi que ce soit …

En fait, à part les 35.000 € de subvention (renouvelée cette année encore) pour l’organisation de vélotour lors des journées du développement durable, on ne sait ce qu’elle a pu faire pour la petite reine …

Après les vertus du vélo et des transports en commun, notre jeune oie blanche ne manquera pas de découvrir aussi les mérites des énergies alternatives et renouvelables. La géothermie par exemple, qui, particulièrement à La Source, aurait admirablement fait l’affaire pour le chauffage du nouvel hôpital, voire même pour tout le nord du quartier.

Elle regrettera alors d’avoir été si inattentive lorsque la municipalité a retenu la solution de la société Véolia en faveur d’une centrale thermique à bois … dont on ne va pas tarder d’apprendre, qu’en plus des nuisances liées au trafic des poids lourds qui livreront le bois en provenance de Sologne … ou d’ailleurs, les rejets présenteront quelques émanations cancérigènes démontrées par l’académie de médecine.

Ceci dit, son petit copain vert de l’opposition n’en a pas non plus fait un combat écologique

Elle sont pas belles les grues de l’hôpital de La Source ?

Qui dit développement durable, dit habituellement conciliation entre économie, écologie et social. Sans doute a-telle aussi eu un moment d’absence quand ses petits camarades de la municipalité orléanaise ont signé le contrat de la construction de l’hôpital, en oubliant d’y intégrer une clause en faveur de l’emploi local.

Mais le « local » était-il son affaire ? Elle qui préférait aller plaider la cause magnifique de la rayonnante Orléans lors de conférences internationales comme celle de Mexico en novembre 2010 (à revoir sur https://openlasource.wordpress.com/2010/11/27/la-signeuse-de-mexico/).

La pôvrette, elle n’a même pas réussi à rendre visite à notre « ôtage » à nous qu’on a à Orléans, Florence Cassez, toujours emprisonnée dans les geôles mexicaines, malgré tous les efforts de not’bon maire, et de ses adjoints.

Openlasource, avec l’objectivité qu’on lui connaît ne proposera donc pas de dresser le bilan de 3 ans d’un mandat  aussi spectaculaire.

Mais ce qui nous manquera grave, après le départ de notre Marie de La Source, c’est :

  • sa façon bien à elle d’assumer ses fonctions de présidente de bureaux de vote par exemple. Rappelez vous en juin 2009, à l’occasion des élections européennes. C’est quand même la seule élue qui n’a pas trouvé l’adresse du bureau qu’elle devait présider à l’école des Guernazelles ! C’est vrai que son domicile était au moins à 200 m de là ! Résultat, une bonne demi heure de retard. Mais c’est pas tout. Elle avait encore réussi à perdre les clefs de l’urne … Pratique qu’elle a renouvelé avec encore plus de succès à l’occasion des élections régionales (en mars 2010). Là, il a fallu faire appel à un serrurier pour exploiter le vote populaire ! Sérieusement, on s’est quand même bien marré

Quand ça veut pas, ça veut pas

  • les résultats spectaculaires obtenus dans le défense des petits zoizeaux, des herbes folles et des insectes rieurs, dont elle assura la défense avec un zèle si … discret.

  • la géothermie à La Source : no comment. Elle ne savait même pas que ça pouvait exister, et que le BRGM en avait fait une spectaculaire et très positive étude de faisabilité sur notre quartier. Il faut dire qu’elle ne devait connaître personne au sein du BRGM … à moins que ?
  • l’ouverture politique de la municipalité de S. Grouard et F. Montillot. Originaire de « gauche » cette élue d’ouverture, un temps encartée Modem, avait sans doute l’ambition de « gauchir » les thèses et la politique de sa municipalité. C’est raté. Quand on danse avec le diable …

Allez, on n’est pas rancunier à OpenLaSource … un petit conseil de lecture avant de revenir du royaume du Danemark … où quelque chose serait pourrie d’après William.

Et au fait, comme F. Cassez n’est toujours pas libérée, un petit coup de pouce côté danois, vis à vis de ces chihuahuas de mexicains serait opportun, non ?

Poster un commentaire

Classé dans Agglo, école maternelle, BRGM, développement durable, Elections, Elections régionales, environnement, Florence Cassez, Géothermie, Grouard, Humour, Indemnités, La Source, Louis Mariano, Mexico, Modem, Nicolas Sarkozy, Serge Grouard, Sexe

Nowel de toute part

Les traditions de Noël dans les pays membres de l’Union Européenne, lu sur le site « Mouvement Européen – France web@mouvement-europeen.eu »

La fête de Noël tire son existence et ses formes des racines les plus diverses, une diversité qui se reflète dans les traditions de cette période dans toute l’Union européenne.

Alors que les Français attendent le Père Noël le soir du 24 décembre, les Néerlandais commencent à fêter le très populaire Saint Nicolas dès la mi-novembre, date de son départ depuis l’Espagne jusqu’aux Pays-Bas.

Les Grecs fêtent  » la douzaine « , depuis le Noël catholique du 25 décembre au 7 janvier, date de l’épiphanie, le Noël orthodoxe.

Au Danemark le  » Jul  » (Noël) est inspiré des fêtes païennes célébrant la transition vers un nouveau cycle, tout comme en Bulgarie on pouvait fêter le renouveau de la nature.

Si vous voulez rencontrer le Père Noël, vous pourrez vous rendre à Helsinki, où il fait officiellement son entrée chaque année.

Les personnages qui peuplent cette période sont légion : depuis Andrzejki en Pologne à Befana en Italie, en passant par Sainte Lucie en Suède et le Hoséker (Père Fouettard) au Luxembourg.

Pour découvrir comment chaque pays de l’Union européenne fête Noël, rendez-vous sur la page du site de Toute l’Europe.

Mais pour les petits enfants,le Père Noël sera toujours … ce gentils bonhomme en rouge, annonciateur de joie et de bonheur :

Quant aux grands enfants, le père, ou la mère Noël, c’est souvent  le souvenir ému d’une période où l’innocence se conjuguait à la douceur de vivre (avant la crise)

En tout cas, Openlasource vous souhaite un très Noyeux Joël à tous

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, Agglo, AHLS, Angela Merckel, Anne Lauvergeon, Arena, Art, Autonomie, école maternelle, Belle, Bilan carbone, blogosphère, Blogs, BRGM, Bus, Cabu, Cancun, candélabres, Capitaine Fracasse, Catherine Sueur, Cinéma, Clochard, CMA, Conseil général du Loiret, Délinquance, développement durable, Egypte, Elections, Elections législatives, Elections régionales, environnement, Etienne Dolet, Etudiants, Europe, Europe écologie les Verts, Exposition, Fansolo, fêtes de Loire, Florence Cassez, Football, François Bonneau, Franc maçonnerie, France, Géothermie, Gérard Philippe, GPV, Grouard, Histoire, Humour, IME, Impots locaux, Incription sur les listes électorales, Indemnités, Indien, Jazz, Jean Ferrat, Jean Pierre Sueur, Jeanne d'Arc, Justice, La Bolière, La Source, lady Gaga, lampadaires, Le Monde, Libération, Libe Orléans, Libre pensée, Louis Mariano, Marché, Médiathèque, Mexico, Michael Jackson, Modem, Montesquieu, Mosquée, Neige, Nicolas Sarkozy, Noël, O. Carré, Olivier Carré, Olympe de Gouge, Opéra, Orée de Sologne, Orléans, Orléans basket, Panneaux, Pauline Kergomard, Picasso, Pingouins, Plein air, Police municipale, politique, Pomme de terre, Pompiers, Printemps, Procuration de vote, QVLS, Rasta, Régie de quartier, Révolution, Recette, Repères, Robert Badinter, Sans papiers, Sécurité, Sénat, science, Serge Grouard, Sexe, Sondage, Sondages, Tempête, Théâtre, Théophile Gautier, Tintin, Tram, Tunisie, Uncategorized, USO, Vélo, Voltaire, Wichita

C’est l’histoire d’une « souris mexicaine » qui voulait devenir « sirène » à Copenhague

Si l’on en croit la presse locale, La Source va bientôt (peut-être, mais c’est pas sur, il faut voir, je ne sais pas, quoique, on le dit, mais c’est difficile, …) perdre sa célébrissime conseillère municipale du Modem et accessoirement adjointe au développement du… râble (de lapin).

Marie Cuny Seguin serait en partance, pour raison professionnelle, à Copenhague … et comme la ligne de tram entre Orléans et la Baltique n’est pas encore tout à fait achevée, il y aurait comme de l’incompatibilité géographique dans l’air, avec sa si prenante et décisive fonction d’adjointe écolo-grouardienne.

Eh oui, on va perdre Marie … à tout prix. Surtout quand on connait les tarifs aériens entre Paris et Mexico. Voir l’épisode de la souris mexicaine rapporté dans ces colonnes en décembre 2010 (à relire en suivant ce lien : https://openlasource.wordpress.com/2010/12/11/souris-mexicaine/ suivi de https://openlasource.wordpress.com/2011/02/03/a-votre-bon-coeur-messieurs-dames/).

Bref, à part son bilan carbone pour aller faire … rien, à Mexico, au nom de la rayonnante ville d’Orléans, on ne peut pas dire que le bilan de la future ex-adjointe au développement durable aura été spectaculaire.

Quelques abeilles touchées par la grâce place Sainte Croix penseront le contraire. D’autres graminées folles laissées à l’abandon sur nos trottoirs urbains aussi.

Et puis il y a les chauves souris … dont sans doute, les célèbres chauves-souris mexicaines à queue libre (sic), la seule espèce du genre Choeronycteris (désolé !).

Mais pour le reste ….

Bon, faut dire qu’elle est Modem, c’est à dire par définition, excessivement tiède, voire indécise  et partagée entre la droite et la droite (comme dirait quelqu’un). Et tout cela est bien compliqué. Mais quand on danse avec le diable …

Quant à son action dans notre quartier de La Source (son quartier), … le vide semble abyssal.

Pas un mot pour y défendre la géothermie quand le maire a privilégié la solution de chaufferie urbaine à base de bois transporté à grand renfort de gros camions, proposée par une société privée (c’est tellement mieux).

Source: BRGM

Elle n’était manifestement pas au courant que le BRGM avait identifié le bassin de La Source comme une des zones les plus propices en matière de géothermie en France (à lire sur : http://www.geothermie-perspectives.fr/07-geothermie-france/). Mais peut-être ignorait-elle ce qu’est le BRGM et où il se trouve ?

Et qui dit développement durable, dit aussi préoccupation sociale.

En quoi a-t-elle été prise en compte dans la construction du futur hôpital par exemple, pour lequel les clauses d’emplois locaux ont carrément été oubliées dans les contrats passés avec les sociétés privées de travaux publics.

Petit schéma, un peu compliqué certes pour une adjointe Modem à la mairie d’Orléans, qui pourrait être offerte en cadeau de départ

Il est probable que personne, à la mairie, a pensé à l’ informer qu’un tel chantier allait voir le jour. Ils sont si cachotiers ces gens là.

Autrement dit, pour les Sourciens, c’est avec la discrétion d’une souris mexicaine, que la Marie va s’en aller.

Quant à nos amis danois, qu’ils fassent gaffe à leur sirène.

On connaissait la chèvre de monsieur Seguin, il y aura désormais la sirène de madame …

Dernière minute : les milieux bien informés nous font savoir que madame MCS ne serait plus membre (actif) du MODEM.

Chapeau l’artiste : l’indécision poussée à cet extrême, c’est littéralement de l’art !

Poster un commentaire

Classé dans Bilan carbone, BRGM, développement durable, environnement, Florence Cassez, Géothermie, GPV, Grouard, Humour, La Source, lady Gaga, Modem, politique, Serge Grouard, Sexe

Pourquoi la mairie n’a-t-elle pas choisi la géothermie pour le nouvel hôpital de La Source ?

Communiqué de presse de l’opposition municipale PS, Verts et Société Civile du 15 février 2010

« À Orléans La Source, une énergie renouvelable peut en cacher une autre !

Après la pose de la première pierre du nouvel Hôpital d’Orléans à la mi-novembre 2009, les élus Verts, Socialistes et apparentés de la Ville ont été interpellés par un article de La République du Centre daté du 16 novembre 2009, qui leur apprenait que le nouvel hôpital serait raccordé au réseau de chauffage urbain de la ville d’Orléans, réseau à eau surchauffée de la SOCOS géré par la Société Dalkia. Suite à cet article qui précisait que les travaux de raccordement avaient déjà débuté en catimini aux alentours du 10 novembre, Marie-Thérèse Noël, Ghislaine Kounowski et Jean-Philippe Grand ont aussitôt demandé à rencontrer le maire d’Orléans, président du conseil d’administration de l’hôpital, qui n’a pas donné suite à leur demande.

Plus récemment, le numéro de la Tribune d’Orléans, daté du 4 février, apprenait à la population que « Le quartier de la Source se chauffera au bois en 2012 » ce qui, selon les déclarations du maire, concernerait 13 000 logements ou équivalents, comprenant le BRGM, l’Université, des bâtiments communaux et, bien sûr, le futur Hôpital qui compte pour 4 à 5 mégawatts de puissance thermique sur les 33 mégawatts du projet de cogénération au bois porté par la Société Dalkia, soit moins de 10 % de la production énergétique du réseau de chaleur de La Source.

Pour bien comprendre, il faut savoir qu’un projet de cogénération relève avant tout de la production d’électricité, dans le cas présent à partir de bois, et qu’il utilise le procédé de production d’électricité au moyen d’une turbine à vapeur permettant de récupérer de la chaleur qui est injectée dans le réseau de chaleur urbain. La technique est très intéressante, mais les choses sont moins claires si on sait que le principe des réseaux à eau surchauffée, où l’eau circule à une température allant jusqu’à 160°C dans les canalisations, est aujourd’hui totalement dépassé énergétiquement et soulève de nombreuses contraintes notamment en matière de sécurité.

La centrale de cogénération au bois bénéficiera, pour être rentable, d’une aide de l’Etat, dans le cadre d’un appel à projets du Ministère de l’Ecologie, qui a ainsi sélectionné récemment 32 projets. Ceux-ci bénéficieront d’une aide par le biais d’un tarif d’achat de l’électricité produite extrêmement attractif de 145 €/mégawatt.heure garanti sur 20 ans. Or l’article de la Tribune indique que la centrale de La Source produira 100.000 mégawatt.heure au total (sur 12 ans ou 18 ans ?) ce qui engendre un revenu de 14,5 millions d’Euros auquel la Ville d’Orléans abonde de 5 millions d’Euros, comme le confirme l’adjoint aux finances, Michel Martin. Ce montage contribue à financer à plus de 59 % un projet dont le coût est de 30 millions d’Euros, ce qui est une aide très importante avec de l’argent public.

Enfin, on nous dit que la chaufferie sera alimentée par plus de 70.000 tonnes de bois par an provenant de la forêt et de près de 20.000 tonnes provenant du recyclage.

Mais d’où proviendra exactement ce bois ?

Quelle distance parcourra-t-il pour parvenir à la chaufferie et  par quel mode de transport ?

Quelles nuisances seront générées par ce transport et quel en sera le coût énergétique ?

L’article est bizarrement muet sur ce sujet qui était pourtant un point important du cahier des charges de l’appel à projets et le directeur d’Arbocentre, organisme fortement financé par la Région, qui évoque une croissance importante de l’utilisation du bois en région  Centre, n’est peut-être pas sensibilisé à ces questions légitimes et au risque  de concurrence inutile entre deux types  d’énergies renouvelables.

À qui profite donc cet investissement payé à près de 60% par le contribuable ?

À la Société Dalkia bien sûr, qui voit au passage son contrat de gestion de la SOCOS renouvelé pour 12 ans alors que l’échéance aurait été en septembre 2012 et, qui plus est, sans passer par un appel d’offres, auquel aurait dû la contraindre le code des marchés publics. Exploitant du réseau depuis sa construction, cette société n’a jamais été remise en concurrence. Nous sommes donc en droit de nous poser la question de la pertinence des tarifs d’énergie actuellement pratiqués par Dalkia. En outre et du fait de l’importance des volumes de bois destinés à l’alimentation de cette centrale, ne risque-t-on pas de laisser s’instaurer un quasi-monopole de cette société sur le potentiel de biomasse en région Centre ?

Par ailleurs, la reconduction du marché de Dalkia aurait dû être conclue dans un délai d’au minimum 3 ans avant l’échéance, soit au plus tard en septembre 2009. La ville a-t-elle été vigilante sur cette échéance qui semble bien, dans le cas présent, être hors des délais légaux ?

Enfin, lorsqu’on sait que 5 projets de Dalkia ont été retenus sur les 32, par l’appel d’offre gouvernemental et que l’aide de l’état sera sans doute accordée à EDF pour le rachat de l’électricité produite, on peut se poser la question du bon usage de l’argent public au bénéfice de Dalkia, Division Energie de Veolia Environnement, partenaire privilégié d’EDF qui détient au moins 34 % du capital de cette société.

Il existe, en effet, un projet concurrent pour le chauffage du futur Hôpital d’Orléans, au moyen de la géothermie, réputée abondante dans le sous-sol de La Source et qui, aujourd’hui, permet de chauffer  près de 170.000 équivalent-logements en région Ile-de-France.

Ce projet, qui permettrait  de chauffer et  climatiser intégralement l’hôpital, peut aussi autoriser le raccordement d’entreprises locales du domaine de Limère,  qui y sont favorables.

Pour être mis en œuvre, il aurait occasionné la prise en charge, à hauteur de 10 % maximum, du risque, très improbable, de ne pas trouver de ressource en eau lors de la réalisation d’un premier forage, soit un risque maximum de 400.000 € et le choix de radiateurs plus modernes à l’hôpital , pour environ 250.000 €.

La géothermie, qui n’a pas été étudiée correctement par l’équipe de projet, permettrait de transformer progressivement le réseau d’eau surchauffée en un réseau à basse température opérant ainsi un virage qu’il faudra de toute évidence prendre un jour.

En ce qui concerne l’intérêt local de cette opération de géothermie, il faut savoir que, comme pour la chaufferie au bois, elle peut bénéficier d’une aide publique sur le Fonds chaleur géré par l’ADEME et de la baisse de TVA de 19,6 à 5,5% profitable à l’usager.

Ce dispositif conduirait, ainsi, à une forte baisse du prix de la chaleur pour l’hôpital mais également pour le réseau tout entier. En effet, l’usage de la géothermie, pour une opération sur 20 ans, qui ne serait utilisée qu’à 46 % de ses capacités (besoins de l’hôpital seul) et avec une aide de l’Etat équivalente à celle de la cogénération au bois, conduirait à un prix de vente de 43€ HT/Mwh contre environ 50€ HT/Mwh actuellement.

L’utilisation totale de la capacité géothermique par le raccordement d’autres usagés permettrait d’abaisser ce tarif à 35 €HT /MWh environ, soit un gain d’au moins  25 %.

Le quartier de la Source se situe dans une zone qui est géologiquement la plus favorable de la région à la géothermie. Présente ici plus qu’ailleurs en région, elle ferait du réseau de chaleur de la Source une référence environnementale, économique et sociale.

Nous aurons besoins de toutes les énergies pour atteindre les objectifs de 2020 en matière de réduction des gaz à effet de serres, de la biomasse, bien sûr, mais également de la géothermie. Comment peut-on laisser passer l’opportunité d’une installation géothermique pour un hôpital à « Haute Qualité Environnementale » dans la zone géologique la plus favorable de la région ?

La Région et l’ADEME, lorsqu’elles financent des audits énergétiques, demandent aujourd’hui que toutes les ressources renouvelables soient étudiées pour un projet de collectivité locale ou d’entreprise. Parce que le développement durable ne doit pas se contenter de la réalisation d’un beau document d’Agenda 21 mais produire un changement radical des mentalités en sortant, une fois pour toutes, de la logique de marchés qui conduit dans le cas présent à une concurrence sans fondement entre deux énergies renouvelables, alors que la bonne énergie au bon endroit devrait prévaloir. Le Maire d’Orléans devrait donc se saisir de cette occasion unique pour positionner la ville d’Orléans comme réellement ambitieuse au niveau locale et nationale dans sa politique de Développement durable.

Nous demandons donc que soit étudiée, de façon rigoureuse et indépendante de toute société énergétique, l’intégration de la géothermie dans ce réseau en conservant l’usage du bois comme appoint ou secours, avec une remise en concurrence de son actuel délégataire en 2012.

Marie-Thérèse Noël, Ghislaine Kounowski et Jean-Philippe Grand

pour le Groupe de l’Opposition Municipale « Socialistes, Verts et apparentés »

***

Rappel sur la géothermie (extrait de Wikipédia) :

La géothermie, du grec Géo (la terre) et thermie (la chaleur), est la science qui étudie les phénomènes thermiques internes du globe terrestre et la technique qui vise à l’exploiter. Par extension, la géothermie désigne aussi l’énergie géothermique issue de l’énergie de la Terre qui est convertie en chaleur.

On distingue trois types de géothermie :

* la géothermie peu profonde à basse température ;

* la géothermie profonde à haute température ;

* la géothermie très profonde à très haute température.

Ces trois types de géothermie prélèvent la chaleur contenue dans le sol.

L’énergie géothermique est exploitée dans des réseaux de chauffage et d’eau chaude depuis des milliers d’années en Chine, dans la Rome antique et dans le bassin méditerranéen.

L’augmentation des prix de l’énergie et le besoin d’émettre moins de gaz à effet de serre la rendent plus attrayante. En 2007, en France le BRGM (Le Bureau de recherches géologiques et minières) a avec l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), créé un Département Géothermie pour la promouvoir, après s’être associé à différents programmes de recherche, de travaux de service public. Deux de ses filiales CFG Services (services et ingénierie spécialisée) et Géothermie Bouillante (qui exploite la centrale électrique de Bouillante en Guadeloupe) sont impliquées dans la géothermie.

5 Commentaires

Classé dans BRGM, développement durable, environnement, Géothermie, La Source, Orléans