Archives de Catégorie: Justice

Jaures, Blum, Zay, Mendes, …

L’affaire Cahuzac « provoque une onde de choc dans le monde politique » (Libération) et génère consternation et indignation dans le peuple de gauche.

… et soudain on se souvient qu’être de gauche, c’est aussi et surtout avoir et défendre des valeurs essentielles, héritées des Lumières, de la Révolution et de la 3ème République (entre autres), valeurs :

  • d’humanisme et de fraternité
  • de loyauté et de sincérité
  • de franchise et de  transparence
  • de solidarité et de justice sociale
  • d’égalité et d’équité
  • de liberté et de laïcité

jean-jaures

Jaurès, l’insoumis

Et que cela donne tout son sens à l’affirmation « être de gauche ». Allez voir à ce titre les affirmations sincères des adhérents d’Agoras Osons Orléans sur : http://www.agoras-osons-orleans.org/category/etre-de-gauche/

C’est pour les avoir un peu oublié, ou pour avoir fait primer la soit disant suprématie de l’économie, ou pour quelques aveuglements électoralistes, ou pour quelques plats de lentilles, de places dorées en tribune, de comptes alimentés dans une île tropicale, ou encore pour quelques compromis de circonstance, que des femmes et des hommes de gauche s’égarent et se perdent régulièrement.

Au niveau national, les Besson, Kourchner, Hirtsch, Amara, … récemment, ont aussi montré le chemin de ces voies sans issues.

Et quand les gens de gauche transigent sur leurs valeurs, c’est leur âme qu’ils perdent.

leon_blum1292968824

Blum, la référence

Le mensonge, d’État ou d’ailleurs, comme les « dénis de la réalité », alimente allègrement les idéologies antidémocratiques et anti-républicaines.

Appelons en, avant qu’il ne soit trop tard, aux illustres « anciens », qui ont ouvert la voie et qui nous ont appris que, même dans des circonstances exceptionnelles, il y a des « choses » avec lesquelles on ne transige pas, que la vertu du compromis n’a rien à voir avec le vice de la compromission.

jean_zay

Zay, l’espoir

Jaurès, Blum, Zay, Mendes, que votre esprit éclaire encore notre gauche humaniste et progressiste…

Être « la gauche moderne », « faire de la politique autrement », « rajeunir les méthodes », « laisser la place à la nouvelle génération », … ce ne peut être une fin en soit, et surtout pas l’alibi de n’importe quel dérapage.

A défaut, on n’est pas sur d’y adhérer … les yeux fermés.

Pierre Mendès-France république moderne

Mendes, l’intransigeant modeste et moderne

C’est certainement ringard, mais on assume, on préfère s’accrocher à nos valeurs fondamentales, et ne transiger sur rien.

4 Commentaires

Classé dans Blogs, Justice, La Source, Libre pensée, Municipales, politique, PS

Nowel de toute part

Les traditions de Noël dans les pays membres de l’Union Européenne, lu sur le site « Mouvement Européen – France web@mouvement-europeen.eu »

La fête de Noël tire son existence et ses formes des racines les plus diverses, une diversité qui se reflète dans les traditions de cette période dans toute l’Union européenne.

Alors que les Français attendent le Père Noël le soir du 24 décembre, les Néerlandais commencent à fêter le très populaire Saint Nicolas dès la mi-novembre, date de son départ depuis l’Espagne jusqu’aux Pays-Bas.

Les Grecs fêtent  » la douzaine « , depuis le Noël catholique du 25 décembre au 7 janvier, date de l’épiphanie, le Noël orthodoxe.

Au Danemark le  » Jul  » (Noël) est inspiré des fêtes païennes célébrant la transition vers un nouveau cycle, tout comme en Bulgarie on pouvait fêter le renouveau de la nature.

Si vous voulez rencontrer le Père Noël, vous pourrez vous rendre à Helsinki, où il fait officiellement son entrée chaque année.

Les personnages qui peuplent cette période sont légion : depuis Andrzejki en Pologne à Befana en Italie, en passant par Sainte Lucie en Suède et le Hoséker (Père Fouettard) au Luxembourg.

Pour découvrir comment chaque pays de l’Union européenne fête Noël, rendez-vous sur la page du site de Toute l’Europe.

Mais pour les petits enfants,le Père Noël sera toujours … ce gentils bonhomme en rouge, annonciateur de joie et de bonheur :

Quant aux grands enfants, le père, ou la mère Noël, c’est souvent  le souvenir ému d’une période où l’innocence se conjuguait à la douceur de vivre (avant la crise)

En tout cas, Openlasource vous souhaite un très Noyeux Joël à tous

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, Agglo, AHLS, Angela Merckel, Anne Lauvergeon, Arena, Art, Autonomie, école maternelle, Belle, Bilan carbone, blogosphère, Blogs, BRGM, Bus, Cabu, Cancun, candélabres, Capitaine Fracasse, Catherine Sueur, Cinéma, Clochard, CMA, Conseil général du Loiret, Délinquance, développement durable, Egypte, Elections, Elections législatives, Elections régionales, environnement, Etienne Dolet, Etudiants, Europe, Europe écologie les Verts, Exposition, Fansolo, fêtes de Loire, Florence Cassez, Football, François Bonneau, Franc maçonnerie, France, Géothermie, Gérard Philippe, GPV, Grouard, Histoire, Humour, IME, Impots locaux, Incription sur les listes électorales, Indemnités, Indien, Jazz, Jean Ferrat, Jean Pierre Sueur, Jeanne d'Arc, Justice, La Bolière, La Source, lady Gaga, lampadaires, Le Monde, Libération, Libe Orléans, Libre pensée, Louis Mariano, Marché, Médiathèque, Mexico, Michael Jackson, Modem, Montesquieu, Mosquée, Neige, Nicolas Sarkozy, Noël, O. Carré, Olivier Carré, Olympe de Gouge, Opéra, Orée de Sologne, Orléans, Orléans basket, Panneaux, Pauline Kergomard, Picasso, Pingouins, Plein air, Police municipale, politique, Pomme de terre, Pompiers, Printemps, Procuration de vote, QVLS, Rasta, Régie de quartier, Révolution, Recette, Repères, Robert Badinter, Sans papiers, Sécurité, Sénat, science, Serge Grouard, Sexe, Sondage, Sondages, Tempête, Théâtre, Théophile Gautier, Tintin, Tram, Tunisie, Uncategorized, USO, Vélo, Voltaire, Wichita

Banlieues : entre prévention et répression, le grand écart

Grand écart Sourcien 1 : le sauvageon hirsute des bambous


 Yves BODARD, ancien éducateur de rue à La Source, travailleur social, mais aussi humaniste, viendra donner son point de vue sur la vie dans les quartiers.

Il ne comprend pas qu’on diabolise les habitants des banlieues, et surtout les jeunes. Il ne comprend pas que toute la politique de la ville à Orléans s’élabore autour du sécuritaire et du contrôle social. Les arrêtés municipaux – couvre-feux pour les moins de treize ans, arrêtés anti-prostitution et anti-bivouac – en sont les témoignages les plus caractéristiques.

Grand écart Sourcien 2 : l’écureuil de l’allée des sapins

Pour lui, le regard posé sur ces quartiers populaires oscille entre crainte et compassion. On compare aujourd’hui les cités de banlieues avec les ghettos américains. On n’écoute plus les acteurs de terrain, on a confisqué la parole aux habitants et aux jeunes des quartiers.

Il est l’auteur du livre Banlieues, de l’émeute à l’espoir et aussi de Vies cabossées et miettes d’espoir, préfacé par Stéphane Hessel.

Grand écart Sourcien 3 : la guernazelle

4 Commentaires

Classé dans AHLS, Autonomie, Délinquance, GPV, Humour, Justice, La Source, Orléans, Pingouins, Sécurité, Yves Bodard

Serge Grouard condamné par la Cour de Cassation

by Polyborus (paru le 6 octobre dernier sur le site des « amis de Fansolo » (http://www.lesamisdefansolo.com/)

Justice est rendue par la Cour de Cassation ce jeudi 6 octobre 2011, après plus de 3 ans de procédure, dans l’affaire Grouard vs Fansolo

Résumé de la décision :

Le maire UMP de la commune d’Orléans, Serge Grouard, n’avait qu’un seul moyen de se plaindre du contenu du blog « Les Amis de Serge Grouard » (voir précisions ici) : invoquer la loi sur les abus de liberté d’expression du 29 juillet 1881.

Il ne l’a pas fait (NDLR : et pour cause, il n’y avait ni injure, ni insulte, ni diffamation).

Au lieu de cela, il a assigné Fansolo en référé (NDLR : où était l’urgence ?) au civil, sur le fondement de l’article 1382 du code civil : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ».

En acceptant de condamner Fansolo à nouveau en 2ème instance, « la cour d’appel d’Orléans a violé (ce) texte« , indique la Cour de Cassation.

=> Fansolo n’aurait donc jamais dû être condamné.

Nous le martelons depuis 3 ans.

Il est bon de constater que les juges de la Cour de Cassation, bien que très puissants, font leur possible pour faire réellement respecter la loi, et ne font que peu de cas des caprices du maire de cette ville moyenne.

Serge Grouard est, entre autres, condamné à rembourser Fansolo de toutes les sommes qu’il a versées au député-maire.

Dark vador, silhouette inquiétante pour le maire d’Orléans ?

Fansolo et sa famille ont changé de ville, de vie, ils ont encaissé les coups qui se sont multipliés depuis 3 ans. Ils ne le méritaient pas. Même si la décision n’effacera pas ce qui s’est passé, elle rétablit la justice dans une affaire qui n’aurait jamais dû sortir de son cadre : une bonne blague.

Nous, les véritables amis de Fansolo, sommes très, très, très heureux pour lui et les siens.

Une idée pour les prochaines fêtes de Jeanne d’Arc ?

Poster un commentaire

Classé dans Blogs, Fansolo, Grouard, Histoire, Humour, Justice, lady Gaga, Louis Mariano, Pingouins, politique, Serge Grouard, Sexe

Super, Ghesquière et Taponier ont été libérés

Quand il s’agit de journalistes, c’est sous l’œil ému des caméras que la nation rassemblée, célèbre le retour de ses héros… malgré eux.

Et que les affiches appelant à leur libération sont actualisées en temps réel

Et quand on les entend raconter leur captivité, ils confirment bien que la mobilisation médiatique et populaire, dont ils ont eu écho du fond de leur cachot, a été un élément déterminant … au moins pour leur maintenir le  moral, condition sine qua non de leur survie psychique.

Mais qui se souvient de Christian Joubert, premier otage français à Beyrouth en 1984 .

Christian, l’otage oublié, retrouvé par Yves Bodard, et qui modestement encore aujourd’hui, n’oublie pas son passé, ignoré du plus grand nombre, ses 61 jours de cauchemar entre les mains du Jihad islamique.

Il faut dire qu’être employé dans une petite entreprise orléanaise, en mission de sous-traitance au Liban au début des années 80, ça n’a pas le même impact médiatique.

Son histoire, vous la retrouverez aussi dans les « Vies cabossées et miettes d’espoir », ainsi que celles de dizaines d’anonymes, d’oubliés, de discrets, de sans noms, sans visages … mais pas sans histoire. De celles et de ceux que nous croisons souvent sans les voir.

Yves, mémères Lejeune et Chéneau, pépère Chéneau, monsieur Gentil, Mickael, l’accordéoniste, monsieur Zabala, James, Samantha, Max, Cathy, Michèle, Christel, Stève, Laurent, Charlot, Mohamad l’éternel voyageur, Christian, Axel et Léa, Christian encore…

Tous ces visages « cabossés » mais souvent merveilleux, que nous dit si bien Yves Bodard.

« C’est en tissant du lien social que l’on ravaudera les trous de la société »

***

« Vie cabossées et miettes d’espoir » d’Yves Bodard

1 commentaire

Classé dans Justice, La Source, Najlae, Orléans, politique, Sans papiers, Yves Bodard

La Cour des comptes donne raison à Openlasource …

…… et met la misère à celles et à ceux qui propagent le discours d’une soit-disant spectaculaire diminution de la délinquance à La Source.


Voici ce que disait Openlasource à l’occasion de plusieurs de ses récents articles dénonçant le caractère fantaisiste des statistiques Bisounours relatives à la baisse de la délinquance sur notre quartier depuis que la droite locale et nationale étaient arrivées aux affaires :

Le 13 avril 2011, sous le titre « Quand les banquiers ne croient pas les politiques… »

 » Et pourtant F. Montillot l’a crié sur tous les toits, l’a déclaré à tous les média, l’a déclamé à tous les visiteurs d’un jour du GPV (comme Grande Parade Victorieuse), Président de la République compris : la délinquance baisse, baisse, baisse .. et particulièrement dans le quartier chéri de La Source. Moins 80% de délinquance enregistrée depuis son arrivée aux affaires, c’est dire comme tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes … »

ou le 19 juin 2011 dans « Oh, comme Orléans rayonne ! »

« La criminalité mesurée à l’aune des dépôts de plaintes, qu’on ne peut plus (ou bien difficilement) déposer à La Source par exemple, peut effectivement diminuer dans les statistiques officielles… »

Et voici ce qu’en dit la Cour des comptes dans le rapport qui vient de paraître sous le titre « L’organisation et la gestion des forces de sécurité publique » :

La mesure statistique de la délinquance  » comptabilise seulement les faits portés à la connaissance des services de police ou de gendarmerie sur dépôt d’une plainte ou sur constatation à leur initiative, ce qui exclut ceux mentionnés sur le registre de la main courante ou révélés par une plainte auprès des services judiciaires. Il n’inclut pas les  violences volontaires ou pour destructions et dégradations légères. Enfin, il est très sensible aux conditions d’accueil des personnes désireuses de déposer une plainte.

Les faits enregistrés ne correspondent qu’à une partie de la délinquance. Tant en matière d’atteintes aux biens que de violences aux personnes, des différences existent entre la délinquance enregistrée par les forces de sécurité et la délinquance vécue. »

(…) « cet indicateur, abondamment utilisé tant pour le pilotage des services territoriaux que la communication externe du ministère de l’intérieur, résulte d’un calcul non pertinent en raison de son hétérogénéité. « Ce n’est pas un chiffre utile dans l’analyse des phénomènes de délinquance. Son utilisation comme chiffre unique, surtout lorsqu’il est assimilé à « la délinquance », est une simplification grossière qui induit en erreur.

L’agrégat de délinquance de proximité, en vigueur jusqu’en 2010 inclus, composé uniquement des vols à main armée et vols avec violence sur la voie publique, des cambriolages, des vols touchant les véhicules et des destructions et dégradations, a diminué de 34 % au cours de la période 2002-2009.

Cette baisse a entraîné celle de la délinquance générale.

Le recul de 42 % des vols liés à l’automobile et aux deux-roues, soit 245 000 faits, a représenté les trois-quarts de la baisse globale. Les vols d’automobiles proprement dits ont été divisés par plus de deux. Les vols à la roulotte ont baissé de 38 % et les vols d’accessoires de 43 %.

Le recul spectaculaire de ces deux seules grandes catégories d’infractions, les vols liés à l’automobile et les destructions et dégradations de biens privés (- 378 000 faits au total) est supérieur à la baisse globale de l’ensemble de la délinquance en zone de police de 2002 à 2009 (-338 000).

Toutefois, selon la plupart des analystes et la direction générale de la police nationale elle-même, il a été dû principalement à l’amélioration par les constructeurs automobiles des dispositifs techniques de protection contre les vols et les effractions, et au renforcement des dispositifs de protection des espaces publics et privés (parkings, gares, etc.).

Une partie croissante des actes de vandalisme se serait traduite non par le dépôt d’une plainte par les victimes, mais par l’enregistrement d’une simple contravention non comptabilisée. »

***

Et concernant la lutte contre le trafic de stupéfiant, voici ce que révèle la Cour :

« Jusqu’en 2010, les DDSP (directions départementales de la sécurité publique) n’ont pas été fortement impliquées dans la lutte contre le trafic de stupéfiants dont il paraît pourtant acquis de longue date qu’il alimente diverses formes de délinquance, notamment dans les quartiers réputés sensibles.

Dans les instructions annuelles de la DCSPP, ce domaine d’action n’a pas été qualifié d’objectif prioritaire. De fait, il a plutôt constitué une variable d’ajustement de l’activité des services aux objectifs chiffrés, notamment à travers l’indicateur des « infractions relevées par l’action des services » (IRAS). Ce sujet a été traité en 2009 comme un enjeu non prioritaire. A la fin de son instruction annuelle, le DCSP a ajouté : « En dehors de ces objectifs principaux, l’effort portera dans la lutte contre le trafic de produits stupéfiants et l’économie souterraine avec une progression de + 10 % des affaires de revente réalisées et une collaboration plus étroite avec les GIR ». Il a fallu attendre l’année 2010 pour que la lutte contre le trafic de produits stupéfiants soit érigée en objectif prioritaire dans l’instruction annuelle du DCSP. Elle devait s’orienter principalement vers la répression des micro-réseaux de distribution de drogue et l’organisation de contrôles renforcés des établissements ou des lieux festifs » !

A La Source aussi on a du crottin de cheval

Quant aux effectifs de la police nationale, leur évolution réelle entre 2006 et 2010 a été de -2,3%, passant de 246.107  à 240.397.

Un petit mot enfin sur les caméras magiques qui sont sensées remplacer la police de proximité.

« Le coût annuel de fonctionnement des systèmes de vidéosurveillance, incluant la rémunération des personnels d’exploitation, les frais de maintenance et éventuellement la location des liaisons numérisées, est estimé en moyenne pondérée à 7 400 € par caméra et par an.

Le coût d’investissement est quant à lui estimé à 36 600 € TTC par caméra.

Diverses études ont été réalisées à l’étranger, notamment au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Australie ont  conclu à l’absence d’impact statistiquement significatif de la vidéosurveillance sur l’évolution de la délinquance, certaines ont toutefois fait apparaître que les résultats sont plus encourageants dans des espaces clos (parkings) avec un nombre limité d’accès.

D’autres ont montré que la vidéosurveillance peut être efficace pour repérer les délits violents (atteintes à la personne) mais inopérante pour prévenir la commission de ces délits. »

***

Si l’on en croit la Cour des comptes, on nous aurait donc menti !

Mais il fallait être bien naïf/naïve ou n’avoir jamais mis les pieds dans notre quartier, pour gober les – 80% de délinquance à La Source !

3 Commentaires

Classé dans Délinquance, GPV, Grouard, Justice, La Source, lady Gaga, Nicolas Sarkozy, O. Carré, Orléans, Police municipale, Sécurité, Serge Grouard

Les fêtes de Jeanne d’Arc, à La Source …

Comme d’habitude, La Source est la grande oubliée des fêtes Johanniques …

Nos élus locaux de la majorité municipale sont vraiment de bons avocats de notre quartier et ils ont tellement d’initiatives et d’imagination pour lui faire bénéficier des mêmes avantages, charmes et facilités que les autres quartiers plus « centrés ».

N’est-ce pas d’ailleurs la juste contrepartie de l’équité fiscale dont nous bénéficions, ici à La Source ?

Alors ne nous étonnons pas d’entendre quelques grincheux locaux marmonner sur un air de Brassens des trucs du genre … « il est des jours où La Source s’en fout ».

On a les amours qu’on peut n’est-ce pas, comme disait le grand Georges

Mais revenons aux fêtes des autres orléanais.

Qui verront-ils que les sourciens malins n’auront pas l’honneur de rencontrer ?

Un grand guignol invité par not’bon maire !

Le célèbre PPD du journal de 20H de TF1. Une référence s’il en est, dans le domaine de la culture. Mais qu’importe, il est célèbre et connu.

Il est loin le temps où les maires d’Orléans faisaient célébrer leur Jeanne par des présidents de la République en exercice ou des ministres d’État. Après un écrivain corrézien dont l’œuvre la plus marquante, « Maisons de famille« , paru en 1987, a été récompensés par le prix … Kleber-Haedens (excusez nous du peu), un judoka médaillé olympique (et accessoirement gendre d’un autre corrézien qui va bien), voici le présentateur du 20 heure récemment répudié.

Mais il est vrai qu’à l’époque de la télé-réalité, à Orléans, dont la politique culturelle illumine le monde, un PPD peut aisément s’inscrire dans la lignée des Charles De Gaulle (pas le porte avion, l’autre) ou de François Mitterrand (pas Frédéric, l’autre) !

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Serge Grouard n’avait-il pas envisagé lui aussi, à l’image de son maître de l’Elysée, de débaucher l’un des symboles de la gauche.

Malheureusement pour lui, l’invitation faite à Robert Badinter n’a pas vraiment convaincu. Ce dernier, flairant le piège grossier, a décliné les fastes d’une si belle récupération.

Comme c’est dommage.

Combien de pics, combien de vilipendes à l’endroit (ou à l’envers d’ailleurs) de la gauche locale n’aurait on entendu au détour d’un conseil municipal, mieux dans la presse locale si prompte à rapporter les propos d’un premier magistrat adepte à son tour de l’ouverture diabolique …

Mais pouvait-il en être autrement ? Comment imaginer que Robert Badinter, un grand homme qui aura marqué son époque, qui sait tenir sa place aux côtés des autres grands hommes du temps, puisse venir se compromettre ici … alors que les Sourciens eux-mêmes sont exclus de la fête ?

4 Commentaires

Classé dans Impots locaux, Jeanne d'Arc, Justice, La Source, Orléans, politique, Robert Badinter, Serge Grouard