Archives de Catégorie: Pingouins

La Source brille dans les « gratuits » banlieusards

Enfin dans Metro, mais c’est un début, Orléans rayonne, au rayon des jardins.

C’est une lectrice « villejuifoise » qui a remarqué cet article lors d’une de ses balades quotidienne en transports, comme disent les banlieusards

Image1

Bon, c’est un peu perdu au mieux des seringues égarées, des cadavres humides et des douilles manquantes (la police penche d’ailleurs ici pour l’hypothèse d’une « malveillance anonyme »), , mais le principal c’est que l’on rayonne non ?

Et deux étoiles pour un rayon, c’est pas si mal… au moment où les danseurs étoiles n’en mènent pas larges au Centre national chorégraphique d’Orléans, torpillé par l’égo municipal.

Poster un commentaire

Classé dans Centre chorégraphique national, France, Grouard, La Source, Nadj, Orléans, Parc floral, Pingouins, Plein air, Presse, Serge Grouard

Openlasource en « direct live » parce que vous le valez bien

Openlasource tiendra un stand, dans l’espace Olympe de Gouges, toute la journée du dimanche 14 octobre, à l’occasion des manifestations du cinquantenaire du quartier de La Source

Vous pourrez rencontrer les pingouins de service et découvrir l’arrière boutique de votre blog local préféré.

Vous pourrez aussi prendre les manettes (clavier, souris, appareil photo, carte flash, connecteur Usb, explorateur, moteur de recherche, … et plein d’autres truc bizarres, mais pas tant que ça), avec les conseils éclairés des animateurs du Blog, à votre disposition toute la journée

Autrement dit, c’est vous qui ferez Openlasource pendant toute la journée de dimanche.

Si vous avez des photos ou des idées d’article, n’hésitez pas de venir avec …
A dimanche.

Poster un commentaire

Classé dans Anne Lauvergeon, blogosphère, Blogs, Exposition, Fansolo, Humour, Indien, Internet, La Source, lady Gaga, Louis Mariano, Madona, Olympe de Gouge, Orléans, Pingouins

Et notre droit à l’image ?

Nous, sous-signés, exclusifs pingouins Sourciens (et par extension de la région Centre et dépendances), élevons une protestation appuyée (on fait dans le langage diplomatique hight level), contre l’utilisation abusive de notre image à des fins de promotion publicitaire ou autre …

Bon, ça va que c’est pour la région Centre, et qu’on aime bien son action économique, écologique et sociale (la seule pratiquement) au bénéfice des associations sourciennes (non municipalisées).

Alors, passe pour cette fois, mais qu’on ne vous y reprenne plus, avec nos jolies images de pingouins déjantés …

Poster un commentaire

Classé dans Crédit, développement durable, Droit à l'image, Ecologie, François Bonneau, Pingouins, Région Centre

Une recette de l’été d’Openlasource : le « Mot Rit Tôt » Sourcien

Un « mot git tôt » sourcien (ou « mot rit tôt selon les prononciations) est une parole qui tombe inanimée au sol dès l’aurore matutinale … autrement un bon mot matinal qui tombe à plat.

Les animateurs de ce blog en font collection depuis de nombreuses années.

Elles figurent dans leur album au titre évocateur : « l’encyclopédie des connaissances inutiles » ou toutes les connaissances ou presque, dont on peut s’enorgueillir, mais qui permettent rarement de briller en société, ou qui tombent à plat, mais grave.

Exemple : où se situe le kilomètre « 0 » du périphérique parisien ? Pourquoi les bouches d’égouts sont-elles obstinément rondes ? Quelle est la traduction en anglais de la devise de la couronne britannique… habituellement écrite en vieux français ? Pourquoi faut-il impérativement mettre un blanc avant et après un signe de ponctuation double ?

Openlasource s’efforcera donc de vous faire partager ce dictionnaire, que dis-je, cette encyclopédie des connaissances inutiles … donc nécessaires au sel de la vie, au fil de ses prochaines chroniques.

En attendant, pour se faire pardonner et illustrer le titre de l’article, voici la recette de l’un des breuvages préférés d’un des animateurs de votre blog de l’été : le véritable Mojito cubain (prononcer morito en ibère), lointain cousin du Mot Git tôt Sourcien, quoique avec cette chaleur, on pourrait égarer sa raison dans les vapeurs d’alcool…

Ingrédients :

– 3 ou 4 branches de menthe fraiche du jardin ou du marché de La Source

– 1 ou 2 cuillères à café de sucre de canne (en fonction du goût de chacun)

– le jus d’1/2 citron vert (ou plus)

– 5 cl de rhum cubain (de préférence Bacardi Gold ou Havana Club 3 ans)… ou de nos Antilles françaises (car c’est le meilleur)

– eau gazeuse (Perrier ou Badoit rouge)

– plein de glaçons

– Une ou deux gouttes d’Angostura (en vente à Auchan par exemple), pour l’amertume.

Préparation :

1) Mettre la menthe (dont on pliera les feuilles pour qu’elles rendent bien leur goût) puis le sucre au fond d’un verre, écraser le tout avec un cuillère (idéalement une cuillère à mélange spéciale cocktail) pour extraire les essences de menthe

2) Presser le quartier de citron vert, au dessus de la menthe écrasée et du sucre

3) Mettre le demi citron pressé dans le verre.

4) Verser le rhum sur le tout.

5) Ajoutez les une ou deux gouttes d’Angostura

6) Ajoutez les glaçons (pilés c’est mieux)

7) Versez l’eau gazeuse

8) Mélangez le tout pendant environ 10 secondes

Décorer le verre avec des petites feuilles de menthe, et ajouter une paille (cf. la photo ci-dessus).

***

D’après monsieur Wikipédia, l’histoire du Mojito remonte au début du XVIe siècle (la date de naissance officieuse du prédécesseur du Mojito est 1586) lorsque l’explorateur anglais Francis Drake, entres deux pillages de La Havane, appréciait siroter des feuilles de menthe pilées avec du tafia.

Au XXe siècle, la recette originelle évolua : le tafia fut remplacé par du rhum et le citron vert vint agrémenter le mélange. Ainsi naquit le Mojito connu aujourd’hui, et qui tire son nom du « Mojo », une mixture à base de citron initialement destinée à rehausser le goût des aliments.

En 1920, le Mojito devint un véritable emblème de la culture cubaine : il fut élevé au rang de « cocktail national de Cuba ».

Très apprécié par l’écrivain et journaliste américain Ernest Hemingway qui venait régulièrement le déguster au légendaire bar de la Havane La Bodeguita del Medio, le cocktail finit par s’exporter d’abord aux États-Unis puis en Europe, avant d’être préparé dans la plupart des bars du monde entier.

***

Si c’est pas une connaissance essentielle, ça ?

4 Commentaires

Classé dans Art, La Source, Louis Mariano, Madona, Marché, Orléans, Osons Orléans, Pingouins, Plein air, politique, Révolution, Recette, Sexe

La « dépravation sexuelle » des manchots d’Adélie scandalise

Dépêche surprenante parue dans Libération hier, 10 juin 2012 à 17h27

Une expédition polaire passe devant des manchots Adélie dans l'Antarctique en janvier 1958

« L’explorateur britannique George Murray Levick, qui a failli mourir de froid et de faim lors d’une expédition désastreuse au Pôle Sud au début du XXe siècle, a avoué que le pire pour lui était… la perversité sexuelle des manchots de Terre Adélie.

Le Museum d’Histoire naturelle de Londres a exhumé une étude de référence de Levick, un rescapé de l’expédition Scott de 1910-13 dans l’Antarctique, qui décrit en détail les comportements sexuels de ces oiseaux, rapporte samedi le quotidien le Guardian.

Homosexualité, actes pédophiles sur des poussins et même tentatives de copulation de manchots mâles avec des femelles décédées sont décrits dans un article de Levick intitulé « Les habitudes sexuelles des manchots d’Adélie », qui avait été égaré pendant des dizaines d’années.

D’une moralité édouardienne rigide, Levick était tellement horrifié par ses propres découvertes qu’il les avaient d’abord rédigées en grec pour les rendre inaccessibles au lecteur moyen.

Les manchots mâles se rassemblent « en gangs de hooligans d’une demi-douzaine d’individus ou plus et traînent aux alentours des tertres en incommodant les occupants par leurs actes de dépravation répétés », écrivit-il par la suite en anglais.

A ce jour, Levick est le seul scientifique qui ait étudié un cycle complet de reproduction à Cap Adare, après avoir passé l’été antarctique 1911-12 à cet endroit, selon le Guardian.

Levick avait survécu, avec cinq compagnons, à l’expédition qui a tué le capitaine Robert Scott et quatre autres en janvier 1912, mais il avait été contraint de passer tout l’hiver antarctique dans une grotte glacée, en attendant l’arrivée du bateau Terra Nova, envoyé pour leur sauvetage, mais bloqué par les glaces.

De retour en Grande-Bretagne, il publia un article sur les manchots en censurant leurs exploits sexuels, considérés comme trop choquants.

L’article de fond qu’il rédigea ensuite sur la sexualité de ces oiseaux a été perdu pendant 50 ans.

Selon Douglas Russell, conservateur du Muséum d’histoire naturelle qui a redécouvert l’article de Levick, les mœurs sexuelles des oiseaux qui ont tant scandalisé le scientifique sont à imputer au climat de l’Antarctique. Les manchots n’ont que quelques semaines pour effectuer leur cycle de reproduction, qui démarre en octobre. « Les jeunes adultes n’ont tout simplement aucune expérience de la manière de se comporter », explique le conservateur. « D’où l’apparente dépravation de leur comportement ».

Au lieu de s’intéresser aux choses essentielles du monde, comme le risque de collision inter-galactique prévue dans 400 milliards d’années, ou les résultats du premier tour de l’élection législative … cet organe de presse habituellement réputé pour son libéralisme vis à vis des mœurs modernes, s’emploie à discréditer la gente alcidéenne.

La liberté sexuelle des pingouins dérange manifestement l’establishment.

Eh bien, sachez-le, Openlasource sera toujours du côté de la liberté, y compris sexuelle, et contre les censeurs et les médisants, qu’ils soient de droite ou de droite.

Poster un commentaire

Classé dans Humour, La Source, Pingouins, Sexe

Nouvelle tentative d’intimidation contre Openlasource

« Deux Gallois ivres kidnappent un pingouin dans un zoo australien » (dépêche AFP mercredi 2 mai à 12h19)

« Deux Gallois ont été condamnés à une amende de 780 euros mercredi en Australie pour avoir kidnappé un pingouin au cours d’une nuit d’ivresse dans un parc aquatique. Owen Jones, 21 ans, ancien soldat des Royal Marines de sa Majesté, et Keri Mules, un maçon de 20 ans, étaient entrés de nuit le mois dernier au Sea World de la province orientale du Queensland, en état d’ébriété après avoir bu beaucoup de vodka.

On ne se méfie jamais assez des gallois

Ayant d’abord nagé avec les dauphins et vidé un extincteur dans un bassin à requins, les deux compères avaient, toujours dans un état second, enlevé le pingouin « Dirk ». Réalisant leur bévue le lendemain matin au réveil, ils avaient nourri l’animal de pain et l’avaient mis sous la douche de leur chambre d’hôtel.

Le pingouin a été récupéré par un couple de promeneurs. L’animal était fatigué mais sain et sauf après avoir été apparemment pourchassé par un prédateur, sans doute un requin, dans un estuaire où les malfaiteurs lui avaient rendu la liberté. »

Les rédacteurs d’Openlasource sont sur leur garde. On ne les intimidera pas si facilement.

Non au pinguicide, et vive la liberté pingouinistique, vive la République, vive la France.

1 commentaire

Classé dans Angela Merckel, Assassinat, La Source, lady Gaga, Pingouins, Plein air

La loi du marché est cruelle

Si on a bien retrouvé notre triple AAA à La Source (voir l’article de fond paru le 8 février dernier dans ces mêmes colonnes), c’est le marché qui maintenant fait défaut !

A peine une douzaine de stands, à moitié congelés …

Maintenant, on peut se dire que c’est bon pour la dette. Pas de marchands, pas d’achat. C’est tout bénef !

Mais il n’y avait pas que les commerçants à avoir déserté le marché ce samedi matin. Par moins 6°, les militants de tous bord (enfin essentiellement du Front de gauche et du PS sur le marché de La Source), semblent être aussi un peu refroidis.

Ceux du Front de gauche ont néanmoins joué « subliminal » avec la complicité de l’affichage publicitaire et commercial

L’armée rouge, le cirque de Pékin, comme aux grands jours de l’International

Bon, y’a aussi Goya (« le retour » ?), qui n’a sans doute rien à voir avec un peintre espagnol du XVIIIème un peu révolté…

… contre les troupes d’occupation napoléoniennes particulièrement

Et puis il y a toujours ces « affichages municipaux » curieux.

Par exemple à l’adresse des tout petits, ce panneau indicateur bien bas placé

C’est vraiment pour les tout tout petits… à moins qu’avec les trottoirs verglacés, c’est à quatre pattes qu’il faut y aller ?

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, école maternelle, Humour, La Source, Marché, Orléans, Panneaux, Pingouins, Plein air