Archives de Catégorie: Pingouins

La loi du marché est cruelle

Si on a bien retrouvé notre triple AAA à La Source (voir l’article de fond paru le 8 février dernier dans ces mêmes colonnes), c’est le marché qui maintenant fait défaut !

A peine une douzaine de stands, à moitié congelés …

Maintenant, on peut se dire que c’est bon pour la dette. Pas de marchands, pas d’achat. C’est tout bénef !

Mais il n’y avait pas que les commerçants à avoir déserté le marché ce samedi matin. Par moins 6°, les militants de tous bord (enfin essentiellement du Front de gauche et du PS sur le marché de La Source), semblent être aussi un peu refroidis.

Ceux du Front de gauche ont néanmoins joué « subliminal » avec la complicité de l’affichage publicitaire et commercial

L’armée rouge, le cirque de Pékin, comme aux grands jours de l’International

Bon, y’a aussi Goya (« le retour » ?), qui n’a sans doute rien à voir avec un peintre espagnol du XVIIIème un peu révolté…

… contre les troupes d’occupation napoléoniennes particulièrement

Et puis il y a toujours ces « affichages municipaux » curieux.

Par exemple à l’adresse des tout petits, ce panneau indicateur bien bas placé

C’est vraiment pour les tout tout petits… à moins qu’avec les trottoirs verglacés, c’est à quatre pattes qu’il faut y aller ?

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, école maternelle, Humour, La Source, Marché, Orléans, Panneaux, Pingouins, Plein air

Nowel de toute part

Les traditions de Noël dans les pays membres de l’Union Européenne, lu sur le site « Mouvement Européen – France web@mouvement-europeen.eu »

La fête de Noël tire son existence et ses formes des racines les plus diverses, une diversité qui se reflète dans les traditions de cette période dans toute l’Union européenne.

Alors que les Français attendent le Père Noël le soir du 24 décembre, les Néerlandais commencent à fêter le très populaire Saint Nicolas dès la mi-novembre, date de son départ depuis l’Espagne jusqu’aux Pays-Bas.

Les Grecs fêtent  » la douzaine « , depuis le Noël catholique du 25 décembre au 7 janvier, date de l’épiphanie, le Noël orthodoxe.

Au Danemark le  » Jul  » (Noël) est inspiré des fêtes païennes célébrant la transition vers un nouveau cycle, tout comme en Bulgarie on pouvait fêter le renouveau de la nature.

Si vous voulez rencontrer le Père Noël, vous pourrez vous rendre à Helsinki, où il fait officiellement son entrée chaque année.

Les personnages qui peuplent cette période sont légion : depuis Andrzejki en Pologne à Befana en Italie, en passant par Sainte Lucie en Suède et le Hoséker (Père Fouettard) au Luxembourg.

Pour découvrir comment chaque pays de l’Union européenne fête Noël, rendez-vous sur la page du site de Toute l’Europe.

Mais pour les petits enfants,le Père Noël sera toujours … ce gentils bonhomme en rouge, annonciateur de joie et de bonheur :

Quant aux grands enfants, le père, ou la mère Noël, c’est souvent  le souvenir ému d’une période où l’innocence se conjuguait à la douceur de vivre (avant la crise)

En tout cas, Openlasource vous souhaite un très Noyeux Joël à tous

Poster un commentaire

Classé dans Accessibilité, Agglo, AHLS, Angela Merckel, Anne Lauvergeon, Arena, Art, Autonomie, école maternelle, Belle, Bilan carbone, blogosphère, Blogs, BRGM, Bus, Cabu, Cancun, candélabres, Capitaine Fracasse, Catherine Sueur, Cinéma, Clochard, CMA, Conseil général du Loiret, Délinquance, développement durable, Egypte, Elections, Elections législatives, Elections régionales, environnement, Etienne Dolet, Etudiants, Europe, Europe écologie les Verts, Exposition, Fansolo, fêtes de Loire, Florence Cassez, Football, François Bonneau, Franc maçonnerie, France, Géothermie, Gérard Philippe, GPV, Grouard, Histoire, Humour, IME, Impots locaux, Incription sur les listes électorales, Indemnités, Indien, Jazz, Jean Ferrat, Jean Pierre Sueur, Jeanne d'Arc, Justice, La Bolière, La Source, lady Gaga, lampadaires, Le Monde, Libération, Libe Orléans, Libre pensée, Louis Mariano, Marché, Médiathèque, Mexico, Michael Jackson, Modem, Montesquieu, Mosquée, Neige, Nicolas Sarkozy, Noël, O. Carré, Olivier Carré, Olympe de Gouge, Opéra, Orée de Sologne, Orléans, Orléans basket, Panneaux, Pauline Kergomard, Picasso, Pingouins, Plein air, Police municipale, politique, Pomme de terre, Pompiers, Printemps, Procuration de vote, QVLS, Rasta, Régie de quartier, Révolution, Recette, Repères, Robert Badinter, Sans papiers, Sécurité, Sénat, science, Serge Grouard, Sexe, Sondage, Sondages, Tempête, Théâtre, Théophile Gautier, Tintin, Tram, Tunisie, Uncategorized, USO, Vélo, Voltaire, Wichita

Recette sourcienne pour les fêtes : un grand classique

La célèbre (ou presque) recette du pingouin au whiskhy

Acheter (ou débaucher localement) un pingouin d’environ 5 kg (ou 50 ou 85) et une (ou plusieurs) bouteille(s) de whisky. Une petite préférence pour le Gragamore ou plus tourbé le Lagavulin.

Prévoir du sel, du poivre, de l’huile d’olive, des bardes de lard.

Barder le pingouin avec le lard (enfin essayer, ça dépendra de l’état de fraîcheur de l’alcidé en début de recette), le saler, poivrer et ajouter un filet d’huile d’olive.

Préchauffer le four thermostat 7 pendant 10 mn.

Se verser un verre de whisky, le boire.

Mettre le pingouin au four dans un plat à cuisson (enfin essayer).

Se verser deux verres de whisky pour se remettre de ses émotions et les boire d’une traite pour oublier la tentative de pingouinticide de l’étape précédente.

Après une demi heure, bérifier la buisson de le pingouin en regardant par la borte vitrée du four. A défaut de borte vitrée, ça fait rien, ça continue à buire.

Brende la vouteille de biscuit et s’enfiler une bonne rasade pour doublié tous ses soucis.

Buis, après une nouvelle debi beurre dituber jusqu’au bour. Ouvrir la borte et rebourner, revourner, enfin bref, mettre le bingouin dans l’autre sens.

S’asseoir sur une butain de chaise et se reverdir 5 ou 6 verres de whisky. Si la bremière mouteille est binie, pinie, finie, en brendre une autre … qu’on aura pris soin d’ouvrir en début de recette .. au cas ou.

Buire, non luire, non cuire le bestiaux bandant gatre heures… au moins, ça debend du boids qu’il faisait.

Et hopla ! 5 berres de plus.

Retirer le four du mingouin, enfin du machin.

Se reberçer une bonne goulée de bisky.

Rabasser le mingouins qu’est surement tombée bar terre, bendant ce temps

L’ettuyer et la voutre sur un blat.un clat, sur une assiette.

Se béter la figure à cause du gras sur le barrelage de la buisine.

Ne pas essayer de se relever.

Décider qu’on est bien bar derre et binir la mouteille de rhisky.

Plus tard, ramber jusgu’au lit et dorbir ze gui rezte de la nuit.

***

Le lendemain matin, vers 14h72, déjeuner d’un cocktail d’Alka Selzer et d’aspirine et nettoyer le bordel dans la cuisine.

Donner le pingouin brûlée à manger au chien.

Vivement bientôt Noël, même si le climat du moment ferait plutôt penser à …

3 Commentaires

Classé dans Angela Merckel, Art, développement durable, Humour, La Source, lady Gaga, Louis Mariano, Modem, Noël, Orléans, Pingouins, Recette, Sexe

Banlieues : entre prévention et répression, le grand écart

Grand écart Sourcien 1 : le sauvageon hirsute des bambous


 Yves BODARD, ancien éducateur de rue à La Source, travailleur social, mais aussi humaniste, viendra donner son point de vue sur la vie dans les quartiers.

Il ne comprend pas qu’on diabolise les habitants des banlieues, et surtout les jeunes. Il ne comprend pas que toute la politique de la ville à Orléans s’élabore autour du sécuritaire et du contrôle social. Les arrêtés municipaux – couvre-feux pour les moins de treize ans, arrêtés anti-prostitution et anti-bivouac – en sont les témoignages les plus caractéristiques.

Grand écart Sourcien 2 : l’écureuil de l’allée des sapins

Pour lui, le regard posé sur ces quartiers populaires oscille entre crainte et compassion. On compare aujourd’hui les cités de banlieues avec les ghettos américains. On n’écoute plus les acteurs de terrain, on a confisqué la parole aux habitants et aux jeunes des quartiers.

Il est l’auteur du livre Banlieues, de l’émeute à l’espoir et aussi de Vies cabossées et miettes d’espoir, préfacé par Stéphane Hessel.

Grand écart Sourcien 3 : la guernazelle

4 Commentaires

Classé dans AHLS, Autonomie, Délinquance, GPV, Humour, Justice, La Source, Orléans, Pingouins, Sécurité, Yves Bodard

Notre recette sourcienne de la semaine (4) : la soupe des schtroumpfs

Rappel : toutes nos recettes sont réalisables à partir de produits disponibles sur le marché de La Source, … ou dans ses commerces de proximité

Aujourd’hui ; la soupe bleue au chou rouge

Pour 4 personnes : 500 g de chou rouge bien frais, 3/4 litre de bouillon de légumes bio en tablettes, 1 cuillère à soupe de sucre, 1 cuillère à café rase de bicarbonate (pour la couleur bleue, ne donne aucun goût particulier), 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin blanc ou de vinaigre de cidre (attention le vinaigre peut contribuer à faire « rougir » la soupe si mis en excès), 1 pincée de noix de muscade fraîchement râpée, 1/2 cuillère à café de cumin entier, 10 cl de crème liquide, Sel et poivre

Préparation : 15 mn

Cuisson : 40 mn

Couper le chou rouge en lamelles. Faire blanchir dans une grande marmite d’eau bouillante additionnée au bicarbonate pendant 5 minutes. Égoutter.

Faire cuire le chou dans du bouillon de légumes, à petit feu et à découvert, jusqu’à ce qu’il soit tendre (environ 30 minutes).

Mixer le tout, ajouter le sucre, le vinaigre, la crème liquide et la noix de muscade. Saler et poivrer. Ajouter éventuellement un peu d’eau pour obtenir la consistance désirée. Décorer de graines de cumin.

Ces proportions valent pour une petite portion en entrée, multiplier par deux pour un plat principal. Le secret de la couleur bleue, c’est de mettre un ingrédient au PH basique comme le bicarbonate de soude pour compenser l’acidité du vinaigre qui a tendance à faire « rougir » le chou…

2 Commentaires

Classé dans développement durable, environnement, Marché, Nicolas Sarkozy, Pingouins, Recette

Impression, soleil voilé …

Images du marché de La Source, un samedi gris d’octobre …

1ère impression : l’accueil sur le parking. On sent la municipalité vigilante et attentive au moindre détail. Ici, une « installation » d’art contemporain ». Un concept !

Heureusement, pour les adeptes des natures mortes plus classique, il y a les étales du marché.

Et tout fini avec des fleurs …

C’est beau le marché de La Source le samedi matin.

 

 

 

 

3 Commentaires

Classé dans Art, Bilan carbone, environnement, Marché, Orléans, Pingouins, Plein air, Pomme de terre

Serge Grouard condamné par la Cour de Cassation

by Polyborus (paru le 6 octobre dernier sur le site des « amis de Fansolo » (http://www.lesamisdefansolo.com/)

Justice est rendue par la Cour de Cassation ce jeudi 6 octobre 2011, après plus de 3 ans de procédure, dans l’affaire Grouard vs Fansolo

Résumé de la décision :

Le maire UMP de la commune d’Orléans, Serge Grouard, n’avait qu’un seul moyen de se plaindre du contenu du blog « Les Amis de Serge Grouard » (voir précisions ici) : invoquer la loi sur les abus de liberté d’expression du 29 juillet 1881.

Il ne l’a pas fait (NDLR : et pour cause, il n’y avait ni injure, ni insulte, ni diffamation).

Au lieu de cela, il a assigné Fansolo en référé (NDLR : où était l’urgence ?) au civil, sur le fondement de l’article 1382 du code civil : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ».

En acceptant de condamner Fansolo à nouveau en 2ème instance, « la cour d’appel d’Orléans a violé (ce) texte« , indique la Cour de Cassation.

=> Fansolo n’aurait donc jamais dû être condamné.

Nous le martelons depuis 3 ans.

Il est bon de constater que les juges de la Cour de Cassation, bien que très puissants, font leur possible pour faire réellement respecter la loi, et ne font que peu de cas des caprices du maire de cette ville moyenne.

Serge Grouard est, entre autres, condamné à rembourser Fansolo de toutes les sommes qu’il a versées au député-maire.

Dark vador, silhouette inquiétante pour le maire d’Orléans ?

Fansolo et sa famille ont changé de ville, de vie, ils ont encaissé les coups qui se sont multipliés depuis 3 ans. Ils ne le méritaient pas. Même si la décision n’effacera pas ce qui s’est passé, elle rétablit la justice dans une affaire qui n’aurait jamais dû sortir de son cadre : une bonne blague.

Nous, les véritables amis de Fansolo, sommes très, très, très heureux pour lui et les siens.

Une idée pour les prochaines fêtes de Jeanne d’Arc ?

Poster un commentaire

Classé dans Blogs, Fansolo, Grouard, Histoire, Humour, Justice, lady Gaga, Louis Mariano, Pingouins, politique, Serge Grouard, Sexe