Archives de Catégorie: Yves Bodard

ça va brader sec sur l’Olympe

… de Gouge.

C’est prévu dimanche, à partir de 8h00 et jusqu’à 18h00, un nouveau vide-penderie, vide-armoire, vide-coffre à jouets … et plus si affinités.

Enfin bref, les puces de La Source

61578579

D’après nos informations, de nombreux stands proposerons de sacrés affaires et des objets prestigieux. Autrement dit, pressez vous pour éviter de vous faire chiper les meilleures occasions.

17626119image-bd-les-fou-de-la-brocante-1-jpgVu, hélas, à l’occasion d’un précédent vide-grenier

Pour éviter les affres du froid et de la pluie, c’est donc à l’intérieur du centre Olympes de Gouge, bien au chaud et au sec, que s’exposeront les affaires à faire.

Encore une heureuse initiative de l’AHLS, la vraie association des Sourciens.

Poster un commentaire

Classé dans AHLS, Art, Indien, La Source, Olympe de Gouge, Yves Bodard

Banlieues : entre prévention et répression, le grand écart

Grand écart Sourcien 1 : le sauvageon hirsute des bambous


 Yves BODARD, ancien éducateur de rue à La Source, travailleur social, mais aussi humaniste, viendra donner son point de vue sur la vie dans les quartiers.

Il ne comprend pas qu’on diabolise les habitants des banlieues, et surtout les jeunes. Il ne comprend pas que toute la politique de la ville à Orléans s’élabore autour du sécuritaire et du contrôle social. Les arrêtés municipaux – couvre-feux pour les moins de treize ans, arrêtés anti-prostitution et anti-bivouac – en sont les témoignages les plus caractéristiques.

Grand écart Sourcien 2 : l’écureuil de l’allée des sapins

Pour lui, le regard posé sur ces quartiers populaires oscille entre crainte et compassion. On compare aujourd’hui les cités de banlieues avec les ghettos américains. On n’écoute plus les acteurs de terrain, on a confisqué la parole aux habitants et aux jeunes des quartiers.

Il est l’auteur du livre Banlieues, de l’émeute à l’espoir et aussi de Vies cabossées et miettes d’espoir, préfacé par Stéphane Hessel.

Grand écart Sourcien 3 : la guernazelle

4 Commentaires

Classé dans AHLS, Autonomie, Délinquance, GPV, Humour, Justice, La Source, Orléans, Pingouins, Sécurité, Yves Bodard

Super, Ghesquière et Taponier ont été libérés

Quand il s’agit de journalistes, c’est sous l’œil ému des caméras que la nation rassemblée, célèbre le retour de ses héros… malgré eux.

Et que les affiches appelant à leur libération sont actualisées en temps réel

Et quand on les entend raconter leur captivité, ils confirment bien que la mobilisation médiatique et populaire, dont ils ont eu écho du fond de leur cachot, a été un élément déterminant … au moins pour leur maintenir le  moral, condition sine qua non de leur survie psychique.

Mais qui se souvient de Christian Joubert, premier otage français à Beyrouth en 1984 .

Christian, l’otage oublié, retrouvé par Yves Bodard, et qui modestement encore aujourd’hui, n’oublie pas son passé, ignoré du plus grand nombre, ses 61 jours de cauchemar entre les mains du Jihad islamique.

Il faut dire qu’être employé dans une petite entreprise orléanaise, en mission de sous-traitance au Liban au début des années 80, ça n’a pas le même impact médiatique.

Son histoire, vous la retrouverez aussi dans les « Vies cabossées et miettes d’espoir », ainsi que celles de dizaines d’anonymes, d’oubliés, de discrets, de sans noms, sans visages … mais pas sans histoire. De celles et de ceux que nous croisons souvent sans les voir.

Yves, mémères Lejeune et Chéneau, pépère Chéneau, monsieur Gentil, Mickael, l’accordéoniste, monsieur Zabala, James, Samantha, Max, Cathy, Michèle, Christel, Stève, Laurent, Charlot, Mohamad l’éternel voyageur, Christian, Axel et Léa, Christian encore…

Tous ces visages « cabossés » mais souvent merveilleux, que nous dit si bien Yves Bodard.

« C’est en tissant du lien social que l’on ravaudera les trous de la société »

***

« Vie cabossées et miettes d’espoir » d’Yves Bodard

1 commentaire

Classé dans Justice, La Source, Najlae, Orléans, politique, Sans papiers, Yves Bodard

Vies cabossées et miettes d’espoir (préface de Stéphane Hessel)

C’est l’histoire d’un mec … qu’on appelait Toutouille. Un mec qui jouait au foot sur le Butte, à Ingré, dans les années 75. Un mec qui aimait le travail bien fait et qui voulait être le premier dans son domaine.

C’est l’histoire d’un mec qui aimait les fêtes populaires, les manèges … et la fronde.

C’est l’histoire d’un mec qui aime toujours raconter les histoires des autres, de ceux qu’on ne voit pas, ou pas bien … et qui pourtant sont des vies à part entière, pas insignifiantes pour un sous … passionnantes souvent même si, en échange, la vie parfois ne les a pas épargné.

C’est ce qu’on vous racontera ici, sur Openlasource, de jour en jour.

1 commentaire

Classé dans Yves Bodard