Archives de Tag: associations

Ce que chantent les associations sourciennes après le Conseil municipal du 27 mars

« Grouard, c’est grouard, il n’y a plus d’espouard …

Gris, c’est gris, les assoces au tapis… »

Explication de texte:

Le conseil municipal du 27 mars délibérait sur l’attribution des subventions aux associations, dans le cadre du « CUCS » (contrat urbain de cohésion sociale ».

La question de la cohésion sociale, on connait à La Source. Plus exactement, de nombreuses associations « historiques » ont œuvré dans ce domaine depuis de longues années et ont été plus d’une fois donné en exemples.

Pensez-vous que la municipalité aurait reconnu ces actions ?

Point du tout.

Toutes les demandes de subvention des associations sourciennes ont été allègrement rejetées (refusées ou repoussées à quelques calendes orléanaises inconnues), à l’exception notable de celles de 2 associations, comme par hasard présidées ou dirigées par des proches de la municipalité … voire un membre de la majorité municipale. Étonnant non ?

Résultat :

  • 2 associations « servies » pour l’ensemble de leurs demandes, pour 17.748€ (AESCO et ESCALE)
  • 1 association obtient généreusement 1.000€ pour 3.500 sollicités (CSF)
  • 8 associations « retoquées » pour 54.600€ sollicités (ACM, ACTION, ADAGV, ASSAS, CSF, ECLIPSA, OPH, PLEYADES)

Autrement dit, il ne fait pas bon, à La Source, ne pas être dirigée par un proche de la majorité municipale, quand on veut obtenir un soutien de la collectivité, pour agir au profit des habitants du quartier.

Ne serait-ce pas ce qu’on appelle une sérieuse « reprise en main », voire un « bouclage en règle » ?

C’est aussi sans doute l’illustration de l’ouverture et du dialogue dont se revendique la majorité en place.

4 Commentaires

Classé dans La Source, politique

22 V’la les pelleteuses, au 22…

Tous les sourciens connaissent l’immeuble du 22, Adélaide de Savoie. Depuis 1991 il est le coeur de ce quartier, regroupant des logements d’insertion et des locaux associatifs.

En 1992, on y trouvait, 13 logements d’insertions, l’espace SAVOIE, le Secours Populaire, ACM Formation, Convergence, la convention de quartier, la régie Repères. L’objectif était de poursuivre l’effort pour réhabiliter tout l’immeuble dans une dynamique associative et d’insertion.

Petit à petit, l’espace habité s’est réduit. Depuis 5 ans les logements d’insertion pour les personnes en difficulté ont disparu au profit … des pigeons de plus en plus nombreux. La Rep en a fait plusieures fois écho. On en compterait plus de 200 sans les oeufs, les petits et les cadavres qui gonchent les balcons et les appartements !

L’immeuble n’est en fait plus occupé que sur un seul étage, par des associations dont l’activité est exclusivement tournée vers le quartier. Elles sont un véritable soutien pour les habitants de ce quartier, qui n’auront pas la possibilité d’aller chercher ce soutien à plusieurs kilomètres.

Or, voici ce qui va probablement arriver très prochainement : les pelleteuses au 22, rue Adélaïde de Savoie

En effet les bruits de pelleteuses sont de plus en plus proches, le rouleau compresseur surnommé GPV annonce la fermeture prochaine, fin 2008 en vue de démolition.

Les associations encore présentes ont été averties par courrier, quelques rencontres ont eu lieu, et puis silence, uniquement le chant des pelleteuses , les plumes et les fientes de pigeon, pas plus d’infos de la mairie.

A priori l’espace SAVOIE ne sera pas remplacé, la Régie de quartier n’aura plus de financement pour gérer cet espace qui offrait des permanences à plusieurs associations dont l’ADAMIF,  Escale  et le Cyber espace ( 12 ordinateurs à la disposition des habitants). Aucune proposition concrète n’a été faite aux responsables des associations expropriées. Fini les réunions d’association, fini l’espace d’animation, fini le cyber espace, à la rue le Secours populaire, ASSAS, les ateliers de Repères, ACM Formation malgré les assurances de la mairie.

Et pourtant leurs actions sont reconnues et appréciées depuis de nombreuses années. Leur place est au coeur de ce quartier. C’est bien le rôle de la mairie de les soutenir pour leur permettre de continuer à agir, et dans des conditions plus décentes qu’aujourd’hui alors que la future maison des associations est loin d’étre réalisée.

Encore un sujet à aborder avec M Languerre lors de sa permanence à la mairie de quartier le vendredi 17 Octobre de 14 à 16h (publicité gratuite).

9 Commentaires

Classé dans Uncategorized