Archives mensuelles : février 2010

La tempête au secours de la politique municipale ?

Étonnant non !  aurait dit Pierre Desproges !

Le maire d’Orléans signe un contrat avec la société Dalkia pour mettre en œuvre à La Source un chauffage urbain mixte mazout/bois, en écartant sans aucun débat, une solution de géothermie pourtant considérée comme extrêmement opportune par les études scientifiques sur la zone.

A ceux qui s’interrogent sur le « bilan carbone » du transport par camion du bois nécessaire à l’alimentation de cette future chaudière industrielle, la tempête apporte une réponse cinglante.

Rien, puisque les arbres à débiter et à bruler, on les trouve désormais sur place !

C’est sans doute forte de ces prévisions météo que la discrète adjointe sourcienne au « développement duraille » n’avait manifestement pas réagi au choix du maire. Peut-être n’en avait-elle d’ailleurs pas eu connaissance. Sinon une scientifique émérite comme elle, qui ne pouvait ignorer les savantes études du BRGM (entre autres), aurait certainement su influencer (éclairer) le choix du prétendant (certains le disent) au trône national de grand écologue de la majorité présidentiel.

Quant au GPV, il fait du bruit. GPV comme « grand patatras venteux ».

Et paf la publicité municipale !

Mais les Sourciens n’ont pas oublié le désir du grand chantre de la sécurité locale de « boucler » tout le quartier, ou en tout cas ses venelles si spécifiques.

Résidentialiser, privatiser, désolidariser, triptyque municipal ?

On en parle un peu moins depuis quelques temps, mais ça pourrait revenir rapidement à l’ordre du jour.

Le thème de la sécurité est un fond de commerce inépuisable pour certaines politiques, surtout en période électorale. Et l’adjoint à l’urbaniste n’a-t-il pas récemment évoqué, dans le cadre d’une réunion de CMA, son souhait de s’occuper du sud du quartier, après avoir tant consacré au GPV du nord.

La fermeture des venelles pourrait ainsi revenir à l’ordre du jour. Et voilà ce que cela pourrait donner :

Ceci dit, Openlasource a pu constater que les service municipaux étaient à l’œuvre dès « potron minet » pour sécuriser les rues et les avenues. Qu’ils en soient félicités.

4 Commentaires

Classé dans développement durable, environnement, Géothermie, GPV, Grouard, La Source, O. Carré, Plein air, politique, Sécurité, Tempête

La vengeance d’Idefix

Trop triste de voir ses arbres déracinés par la tempête, Idefix s’est manifestement vengé.

Il s’est attaqué à un pauvre vieux lampadaires qui n’avait pas été remplacé par les nouveaux « pieds noirs » (voir l’article d’Openlasource du 27 décembre 2009).

C’est pas faute de l’avoir mis en garde. A force de laper l’eau du lac, il allait finir par avoir des urines un peu acides !

2 Commentaires

Classé dans Humour, La Source, lampadaires, Orée de Sologne, Plein air, Tempête

Adieu Adélaïde

Openlasource ne peux pas laisser disparaitre un lieu si emblématique du milieu associatif de La Source, sans verser une larme.

Combien de réunions, combien de rencontres, combien de joies, combien de peines , …

Cette destruction est très symbolique, au moment ou la mairie fait tant d’efforts, et particulièrement budgétaires, pour mettre la main sur le milieu associatif indépendant, quitte à les remplacer par des « officines libérales ».

D’autant qu’il n’est manifestement rien prévu pour remplacer ce lieu d’échange, ce qui peut légitiment alimenter le soupçon vis à vis des autorités municipales, de supprimer tous les endroits où peuvent se diffuser des valeurs de solidarité, d’entraide, d’accueil, de générosité, d’échange, de tolérance …

En plus où vont aller les pigeons ?

GPV comme Grand Pigeonnier Vide

Cherchons les pigeons :o)

2 Commentaires

Classé dans La Source

Pourquoi la mairie n’a-t-elle pas choisi la géothermie pour le nouvel hôpital de La Source ?

Communiqué de presse de l’opposition municipale PS, Verts et Société Civile du 15 février 2010

« À Orléans La Source, une énergie renouvelable peut en cacher une autre !

Après la pose de la première pierre du nouvel Hôpital d’Orléans à la mi-novembre 2009, les élus Verts, Socialistes et apparentés de la Ville ont été interpellés par un article de La République du Centre daté du 16 novembre 2009, qui leur apprenait que le nouvel hôpital serait raccordé au réseau de chauffage urbain de la ville d’Orléans, réseau à eau surchauffée de la SOCOS géré par la Société Dalkia. Suite à cet article qui précisait que les travaux de raccordement avaient déjà débuté en catimini aux alentours du 10 novembre, Marie-Thérèse Noël, Ghislaine Kounowski et Jean-Philippe Grand ont aussitôt demandé à rencontrer le maire d’Orléans, président du conseil d’administration de l’hôpital, qui n’a pas donné suite à leur demande.

Plus récemment, le numéro de la Tribune d’Orléans, daté du 4 février, apprenait à la population que « Le quartier de la Source se chauffera au bois en 2012 » ce qui, selon les déclarations du maire, concernerait 13 000 logements ou équivalents, comprenant le BRGM, l’Université, des bâtiments communaux et, bien sûr, le futur Hôpital qui compte pour 4 à 5 mégawatts de puissance thermique sur les 33 mégawatts du projet de cogénération au bois porté par la Société Dalkia, soit moins de 10 % de la production énergétique du réseau de chaleur de La Source.

Pour bien comprendre, il faut savoir qu’un projet de cogénération relève avant tout de la production d’électricité, dans le cas présent à partir de bois, et qu’il utilise le procédé de production d’électricité au moyen d’une turbine à vapeur permettant de récupérer de la chaleur qui est injectée dans le réseau de chaleur urbain. La technique est très intéressante, mais les choses sont moins claires si on sait que le principe des réseaux à eau surchauffée, où l’eau circule à une température allant jusqu’à 160°C dans les canalisations, est aujourd’hui totalement dépassé énergétiquement et soulève de nombreuses contraintes notamment en matière de sécurité.

La centrale de cogénération au bois bénéficiera, pour être rentable, d’une aide de l’Etat, dans le cadre d’un appel à projets du Ministère de l’Ecologie, qui a ainsi sélectionné récemment 32 projets. Ceux-ci bénéficieront d’une aide par le biais d’un tarif d’achat de l’électricité produite extrêmement attractif de 145 €/mégawatt.heure garanti sur 20 ans. Or l’article de la Tribune indique que la centrale de La Source produira 100.000 mégawatt.heure au total (sur 12 ans ou 18 ans ?) ce qui engendre un revenu de 14,5 millions d’Euros auquel la Ville d’Orléans abonde de 5 millions d’Euros, comme le confirme l’adjoint aux finances, Michel Martin. Ce montage contribue à financer à plus de 59 % un projet dont le coût est de 30 millions d’Euros, ce qui est une aide très importante avec de l’argent public.

Enfin, on nous dit que la chaufferie sera alimentée par plus de 70.000 tonnes de bois par an provenant de la forêt et de près de 20.000 tonnes provenant du recyclage.

Mais d’où proviendra exactement ce bois ?

Quelle distance parcourra-t-il pour parvenir à la chaufferie et  par quel mode de transport ?

Quelles nuisances seront générées par ce transport et quel en sera le coût énergétique ?

L’article est bizarrement muet sur ce sujet qui était pourtant un point important du cahier des charges de l’appel à projets et le directeur d’Arbocentre, organisme fortement financé par la Région, qui évoque une croissance importante de l’utilisation du bois en région  Centre, n’est peut-être pas sensibilisé à ces questions légitimes et au risque  de concurrence inutile entre deux types  d’énergies renouvelables.

À qui profite donc cet investissement payé à près de 60% par le contribuable ?

À la Société Dalkia bien sûr, qui voit au passage son contrat de gestion de la SOCOS renouvelé pour 12 ans alors que l’échéance aurait été en septembre 2012 et, qui plus est, sans passer par un appel d’offres, auquel aurait dû la contraindre le code des marchés publics. Exploitant du réseau depuis sa construction, cette société n’a jamais été remise en concurrence. Nous sommes donc en droit de nous poser la question de la pertinence des tarifs d’énergie actuellement pratiqués par Dalkia. En outre et du fait de l’importance des volumes de bois destinés à l’alimentation de cette centrale, ne risque-t-on pas de laisser s’instaurer un quasi-monopole de cette société sur le potentiel de biomasse en région Centre ?

Par ailleurs, la reconduction du marché de Dalkia aurait dû être conclue dans un délai d’au minimum 3 ans avant l’échéance, soit au plus tard en septembre 2009. La ville a-t-elle été vigilante sur cette échéance qui semble bien, dans le cas présent, être hors des délais légaux ?

Enfin, lorsqu’on sait que 5 projets de Dalkia ont été retenus sur les 32, par l’appel d’offre gouvernemental et que l’aide de l’état sera sans doute accordée à EDF pour le rachat de l’électricité produite, on peut se poser la question du bon usage de l’argent public au bénéfice de Dalkia, Division Energie de Veolia Environnement, partenaire privilégié d’EDF qui détient au moins 34 % du capital de cette société.

Il existe, en effet, un projet concurrent pour le chauffage du futur Hôpital d’Orléans, au moyen de la géothermie, réputée abondante dans le sous-sol de La Source et qui, aujourd’hui, permet de chauffer  près de 170.000 équivalent-logements en région Ile-de-France.

Ce projet, qui permettrait  de chauffer et  climatiser intégralement l’hôpital, peut aussi autoriser le raccordement d’entreprises locales du domaine de Limère,  qui y sont favorables.

Pour être mis en œuvre, il aurait occasionné la prise en charge, à hauteur de 10 % maximum, du risque, très improbable, de ne pas trouver de ressource en eau lors de la réalisation d’un premier forage, soit un risque maximum de 400.000 € et le choix de radiateurs plus modernes à l’hôpital , pour environ 250.000 €.

La géothermie, qui n’a pas été étudiée correctement par l’équipe de projet, permettrait de transformer progressivement le réseau d’eau surchauffée en un réseau à basse température opérant ainsi un virage qu’il faudra de toute évidence prendre un jour.

En ce qui concerne l’intérêt local de cette opération de géothermie, il faut savoir que, comme pour la chaufferie au bois, elle peut bénéficier d’une aide publique sur le Fonds chaleur géré par l’ADEME et de la baisse de TVA de 19,6 à 5,5% profitable à l’usager.

Ce dispositif conduirait, ainsi, à une forte baisse du prix de la chaleur pour l’hôpital mais également pour le réseau tout entier. En effet, l’usage de la géothermie, pour une opération sur 20 ans, qui ne serait utilisée qu’à 46 % de ses capacités (besoins de l’hôpital seul) et avec une aide de l’Etat équivalente à celle de la cogénération au bois, conduirait à un prix de vente de 43€ HT/Mwh contre environ 50€ HT/Mwh actuellement.

L’utilisation totale de la capacité géothermique par le raccordement d’autres usagés permettrait d’abaisser ce tarif à 35 €HT /MWh environ, soit un gain d’au moins  25 %.

Le quartier de la Source se situe dans une zone qui est géologiquement la plus favorable de la région à la géothermie. Présente ici plus qu’ailleurs en région, elle ferait du réseau de chaleur de la Source une référence environnementale, économique et sociale.

Nous aurons besoins de toutes les énergies pour atteindre les objectifs de 2020 en matière de réduction des gaz à effet de serres, de la biomasse, bien sûr, mais également de la géothermie. Comment peut-on laisser passer l’opportunité d’une installation géothermique pour un hôpital à « Haute Qualité Environnementale » dans la zone géologique la plus favorable de la région ?

La Région et l’ADEME, lorsqu’elles financent des audits énergétiques, demandent aujourd’hui que toutes les ressources renouvelables soient étudiées pour un projet de collectivité locale ou d’entreprise. Parce que le développement durable ne doit pas se contenter de la réalisation d’un beau document d’Agenda 21 mais produire un changement radical des mentalités en sortant, une fois pour toutes, de la logique de marchés qui conduit dans le cas présent à une concurrence sans fondement entre deux énergies renouvelables, alors que la bonne énergie au bon endroit devrait prévaloir. Le Maire d’Orléans devrait donc se saisir de cette occasion unique pour positionner la ville d’Orléans comme réellement ambitieuse au niveau locale et nationale dans sa politique de Développement durable.

Nous demandons donc que soit étudiée, de façon rigoureuse et indépendante de toute société énergétique, l’intégration de la géothermie dans ce réseau en conservant l’usage du bois comme appoint ou secours, avec une remise en concurrence de son actuel délégataire en 2012.

Marie-Thérèse Noël, Ghislaine Kounowski et Jean-Philippe Grand

pour le Groupe de l’Opposition Municipale « Socialistes, Verts et apparentés »

***

Rappel sur la géothermie (extrait de Wikipédia) :

La géothermie, du grec Géo (la terre) et thermie (la chaleur), est la science qui étudie les phénomènes thermiques internes du globe terrestre et la technique qui vise à l’exploiter. Par extension, la géothermie désigne aussi l’énergie géothermique issue de l’énergie de la Terre qui est convertie en chaleur.

On distingue trois types de géothermie :

* la géothermie peu profonde à basse température ;

* la géothermie profonde à haute température ;

* la géothermie très profonde à très haute température.

Ces trois types de géothermie prélèvent la chaleur contenue dans le sol.

L’énergie géothermique est exploitée dans des réseaux de chauffage et d’eau chaude depuis des milliers d’années en Chine, dans la Rome antique et dans le bassin méditerranéen.

L’augmentation des prix de l’énergie et le besoin d’émettre moins de gaz à effet de serre la rendent plus attrayante. En 2007, en France le BRGM (Le Bureau de recherches géologiques et minières) a avec l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), créé un Département Géothermie pour la promouvoir, après s’être associé à différents programmes de recherche, de travaux de service public. Deux de ses filiales CFG Services (services et ingénierie spécialisée) et Géothermie Bouillante (qui exploite la centrale électrique de Bouillante en Guadeloupe) sont impliquées dans la géothermie.

5 Commentaires

Classé dans BRGM, développement durable, environnement, Géothermie, La Source, Orléans

Celui qui traverse

Les « fous de bassan » sont … une troupe théâtrale balgencienne bien connue des Sourciens. Elle s’est fréquemment produite au théâtre Gérard Philippe, au grand bonheur des spectateurs.

Son nouveau spectacle, « celui qui traverse » de Guy Jimenes, mis en scène par Christian Sterne, sera présenté :

  • le vendredi 5 mars 2010 à 20h30 à la Maison des Arts et de la Musique d’Orléans (10 cours Victor Hugo, face lycée Charles Péguy) ;
  • le mardi 9 mars 2010 à 20h30 au Théâtre Le Puits Manu de Beaugency.

Celui qui traverse
Texte de Guy Jimenes
édité par les fous de bassan !

Mise en scène : Christian Sterne
Avec Pascale Fournier et Chakir Rougui
Musique : Pascal Ducourtioux
Scénographie, costumes : Yvan Raduszenska
Lumières : Emmanuel Delaire
Affiche : Dominique Emard

Dans l’espace clos et protégé d’une bibliothèque fermée au public, Lor a fixé un rendez-vous mystérieux à sa jeune tante. Ils ne se sont pas vus depuis trois ans. Elle n’a jamais compris pourquoi il avait brusquement fui leur village. Ils ne se sont pas revus depuis et Lor s’apprête à un nouveau départ.

Un départ qui ressemble à une fuite, avec pour tout viatique un collier de perles et un chant funèbre.

La question de l’émigration est ici abordée à travers ce départ envisagé pour un ailleurs de rêve, mais il s’agit davantage de la contradiction dans laquelle est pris tout individu entre la nécessité de préserver sa singularité et l’impossibilité de vivre hors du groupe.

Celui qui traverse s’adresse aux adolescents d’aujourd’hui et d’hier, aux adultes de maintenant et de demain, d’ici et d’ailleurs…

Représentations :

  • Vendredi 5 mars – 20h30, Maison des Arts et de la Musique – Orléans (10 cours Victor Hugo, face lycée Charles Péguy). Tarifs : 12 € / 8 € / 5 € Réservations : 02 38 44 95 95
  • Mardi 9 mars – 20h30, Théâtre Le Puits Manu – Beaugency. Tarifs : 8 € / 5 €. Réservations : 02 38 44 95 95

Pour plus d’informations ! 

magali@lesfousdebassan.org
www.lesfousdebassan.org
http://lesfousdebassan.wordpress.com

Poster un commentaire

Classé dans La Source

Régionales : meeting des socialistes à La Source, mardi 16 février à 20h30

Rappel : Openlasoource est un blog ouvert et très politique, pour le quartier de La Source. Toutes les manifestations politiques des partis démocratiques, organisées dans le quartier et dont nous aurons connaissance feront l’objet d’une communication dans nos colonnes. Qu’on se le dise.

3 Commentaires

Classé dans La Source

Les « noms » de La Source : l’Indien

On dit que ce sont des p’tits gars de Wichita, qui les premiers, sont entrés dans Orléans le 16 août 1944 pour libérer la ville de l’occupation allemande.

Ils appartenaient à l’armée du général Patton et plus précisément au 137ème régiment d’infanterie, le régiment du Kansas National Guard de Wichita.

C’est en souvenir de cet événement qu’est signé en 1973, un pacte de jumelage entre les villes d’Orléans et de Wichita.

Wichita (comté de Sedgwick) est la ville la plus importante du Kansas avec 362.000 habitants et une agglomération de 600.000 habitants. Elle est située à la frontière à l’est du Missouri. Elle est traversée par le fleuve Kansas.

Pour preuve de son attachement à la cité johannique, la ville américaine a fait don en 1975 de la réplique du Gardien des Plaines, œuvre de Black Bear Bosin, grand artiste indien de Wichita.

L’originale à Wichita, du haut de ses 13m50

C’est cette statue qui se trouve à La Source, désormais au carrefour auquel elle a donné son nom.

La notre, plus petite, mais nous en sommes fiers

Poster un commentaire

Classé dans Indien, La Source, Plein air, Wichita